The balcon is back!

30 août 2014 § 3 Commentaires

Depuis quelques jours déjà, en fait, mais le choc a été rude. En plus des températures polaires et de la pluie battante, il a fallu reprendre le métro. Comme d’habitude j’ai retrouvé un balcon fleuri, malgré le temps pourri et grâce aux soins magiques de la fée Flo. Mais puisque Sand me le demande avec autant d’insistance, je ne peux faire autrement que d’ouvrir cette rentrée du balcon en vous donnant des nouvelles de… l’araignée! Sand sera ravie d’apprendre que la bête est manifestement sur le point de pondre et que pour se faire elle s’est confortablement installée dans le rosier grimpant:IMG_1437

Mais le balcon ne brille pas que par ses créatures à mandibules (Sand, je te garde les petits?), il y a aussi des fleurs pour que les bestioles s’épanouissent. On est comme ça sur le balcon parisien! Parmi les fleurs que je trouve tous les ans en rentrant de vacances, il y a l’althéa, dont j’avais cru qu’il ne fleurirait pas cette année pour cause de pot trop petit… J’adore sa fleur, c’était donc une excellente surprise (malgré la grisaille):IMG_1436En partant, j’avais remarqué les petits périscopes des anémones du Japon (mes chouchoutes)… elles sont en fleur, il y a en a même plus que d’habitude:IMG_1287

IMG_1288

Les rosiers ont également remis ça (j’ai raté la deuxième floraison de la glycine, mais elle promettait d’être également étonnamment abondante), avec le « Paul Cézanne » très en forme et l' »Iceberg » qui a bien profité de son changement de pot de dernière minute:IMG_1292

IMG_1290

Le « sourire d’orchidée » en revanche vit, je crois, ces derniers instants malgré une belle remontée. On verra dans les semaines qui viennent. Les mauvaises herbes, en tout cas, se portent à merveille et j’ai arraché pas mal d’aliens indésirables, mais j’avoue une faiblesse pour les pissenlits montés en graine:IMG_1447

C’est d’ailleurs en jouant sur la faiblesse des gens que ces plantes prospèrent. Lamentable!

Côté potager kolkhozien, j’ai perdu mes deux pieds de courgettes, je récidiverai l’an prochain et je jure ici même que je récolterai des courgettes niçoises sur ce fichu balcon! En attendant, les framboisiers s’apprêtent à donner une seconde récolte délirante:IMG_1294

Et je suis soulagée de pouvoir annoncer que je vais tout de même récolter trois ou quatre tomates, surtout si le soleil que l’on nous promet pour septembre arrive pour de bon:IMG_1452

Bref, une rentrée plutôt moins catastrophique que ce que j’envisageais, mais je ne vous montre pas les photos terribles des jardinières façon terrain vague!

Les travaux et les jours

13 avril 2014 § 2 Commentaires

Pas besoin du haut patronage de Jupiter et des muses de la Piérie pour se lancer dans une journée de jardinage sur le balcon. D’abord retour sur un rempotage effectué il y a quelques jours déjà mais dont je n’avais pas parlé, ou en tout cas pas montré de photo (j’ai la mémoire qui flanche, je ne me souviens plus très bien): le rempotage de l’olivier, à l’agonie dans son pot de pépiniériste. Il est vrai que l’olivier se contente de sols avec peu de terre et beaucoup de caillasse, mais sur un balcon parisien on ne peut pas exiger de lui la même abnégation que sur les collines du Péloponnèse. Le voici donc dans son nouvel habitat, un magnifique pot en terre qui abritait autrefois des plantes grasses qui sont parties dans le jardin d’un ami:

IMG_0403

La photo est mauvaise, mais il faudra vous y faire, pour le moment je n’ai pas encore de quoi me racheter un appareil digne de ce nom avec l’objectif macro de mes rêves.

En parlant de plante grasse, une nouvelle crassula est venue rejoindre la bande du balcon: une crassula Hobbit. J’y peux rien, on me l’a donnée!! Pour l’instant elle est minuscule (non, ce n’est pas une tasse, c’est un petit pot de chambre):

IMG_0408Aujourd’hui j’ai commencé par remonter la dernière plante de la cour, le polygala, qui n’a pas du tout aimé son exil et qui est sacrément déplumé, mais pas mort. Il a même de nouvelles feuilles et une poignée de fleurs:

IMG_0410Pas besoin de rempotage, mais le polygala a eu droit à de l’engrais.

Le vrai travail de la journée a consisté à rempoter le fameux rosier liane (ou grimpant, je dois dire que je ne fais pas bien la différence). Je ne sais pas de quelle variété il s’agit mais on a décidé de lui donner le nom de la mère du copain chez qui on a pris la bouture, pour nous il s’appelle donc Chantal.

Une demi-journée du samedi a été consacrée à aller chercher le pot commandé sur les quai, puis d’énormes sac de terre et des billes d’argile et à faire des yeux de cocker au chauffeur du taxi pour qu’il m’aide à mettre tout ça dans son coffre.

Une autre demi-journée dominicale a été consacrée à la manip elle-même. Le plus dur étant déjà d’extirper la bête de sa jardinière d’origine, qu’elle partageait avec un lierre bouturé lui aussi (et très envahissant). En sortant enfin au bout d’une bonne heure d’effort la motte de terre compacte, j’ai vu que des fourmis avaient transformé cette jardinière en pouponnière tout confort!!!

IMG_0400Les mêmes venaient se goinfrer dans mon compost, mais je n’aurais jamais pu deviner qu’elles avaient élu domicile dans les racines du rosier. Elles ne viendront plus boulotter mon compost… Bref, il a fallu ensuite couper un peu les racines, enlever la vieille terre et les billes d’argile coincée dans le fouillis des racines, et vider les énormes sacs de terre.

Voilà le résultat:

IMG_0407

 

 

On tient le bon bout!

7 avril 2014 § 16 Commentaires

Bon, après des semaines de retard, après une saleté de coqueluche qui m’a empêchée de tripatouiller dans le terreau, après une bref retour du froid que mon rosier « Sourire d’orchidée » n’a pas aimé du tout, après un gros colloque, après des tonnes de copies à corriger, après des heures passées à acheter de la terre et des pots… et après avoir cassé mon Lumix adoré, je peux enfin donner quelques nouvelles fraîches.

Sur le balcon, c’est un peu les douze travaux d’Hercule en ce moment. Tout est à l’étroit, tout cherche à pousser: je dépote, rempote, jette. J’ai donc rempoté l’abélia, qui a frôlé la mort par asphyxie dans son petit pot riquiqui.IMG_0392

Du coup j’ai donné son ex-pot à l’amandier et à son frère de sang le fraisier, qui se sont considérablement remplumés depuis la dernière photo:IMG_0394 J’avoue qu’avec tout ce feuillage on a du mal à savoir qui est qui, car la glycine qui a fini sa floraison (toujours plus courte sur le balcon plein sud battu par les vents) et sort désormais son feuillage bronze. Avant ça elle a quand même fait de belles grappes de fleurs (la photo ne leur rend pas justice, mais le soleil était déjà couché et faute d’appareil photo je suis obligée de recourir à un iPod qui n’est pas l’outil le mieux adapté):

IMG_0382 En ce moment elle en est là:

IMG_0398

 

À ses pieds, tout le monde ressort de terre. A commencer par les géraniums Johnson Blue, mais aussi les deux marronniers que je mettrai ailleurs à l’automne prochain. En voilà un qui sortait timidement il y a deux semaines:

IMG_0362Et le voilà bien grandi:

IMG_0376

Au pied du ginkgo, j’avais bouturé sans y croire des brindilles de ginkgo abimées… j’ai eu la surprise de constater qu’elles étaient en train de sortir des feuilles (attention photo nullasse):

IMG_0375

J’ai aussi séparé le rosier jaune (Camille Pissaro), lui aussi très à l’étroit sur la fenêtre de la cuisine, de la cytise ultra pot-de-colle qui a poussé là sans y être invitée (et qui, elle, supporte assez mal la séparation). Le rosier a hérité du pot de feue la clématite armandii, mais non sans mal. J’ai voulu vider un peu la terre après avoir enlevé la racine d’Armande, mais je me suis rendue compte que l’euphorbe qui avait colonisé ce pot n’avait pas crevé, et que non seulement elle s’apprêtait à ressortir de plus belle mais qu’il y en avait partout. Et quand je dis partout, je veux dire jusqu’au fond du pot. Cette variété d’euphorbe fabrique ses jeunes pousses jusqu’à 50cm de profondeur!!! Bref, j’ai dû TOUT virer et racheter de la terre fraîche. En souvenir, par pur sentimentalisme, j’ai gardé un pied de cette euphorbe, ce qui à mon avis est une bêtise…

IMG_0366

Une autre euphorbe, que je croyais morte et enterrée, a refait surface dans une jardinière de gauras et de gazon espagnol. Je suis contente parce que j’adore cette variété:

IMG_0357

IMG_0365

 

Je vais aussi avoir quelques jardinières à refaire. Les benoîtes « Mrs Bradshaw » sont mortes (pas toutes, mais celles que j’avais mises dans une même jardinière n’ont pas supporté de changer de place pendant les travaux), j’avais vidé deux autres jardinières avant les travaux et je vais rempoter le rosier grimpant rose fuchsia dans un très grand pot, ce qui va libérer une grande jardinière supplémentaire. Sur cour, il faudra aussi que je donne plus de place à l’érable du Japon et à l’altéa, qui n’en peuvent plus et sont en voie de bonzaïfication.

La question est: quand?? D’autant qu’il faut que je reparte en chasse de kilos de terre (jamais livrée sauf à des tarifs exorbitants), de pots idoines (pourquoi les modèles que j’aime sont toujours ceux qu’on ne fait plus??), d’engrais… et de vivaces pour mes jardinières.  Et je veux aussi mettre des tomates et un pied de courgettes!

Voilà un premier rapport d’étape. D’autres suivront, avec moult photos merveilleuses (enfin si j’arrive à racheter un vrai appareil photo).

 

La rentrée du balcon parisien

30 août 2012 § 4 Commentaires

Fini les vacances pour le balcon. Après trois semaines passées aux bons soins de Flo, la fée des balcons, le balcon repasse sous ma coupe. Autant dire que je l’ai retrouvé dans un état flamboyant. Quelques cosmos s’accrochent encore (mais ce week-end je les coupe, on dirait des épouvantails) et les cléomes « seniorita blanca » ressemblent un peu à des cous de vautour déplumés:

 

 

Je ne sais si les cléomes se taillent… je vais me renseigner. En attendant, le reste semble avoir rudement profité de l’été tardif et pas trop souffert de la canicule.

Le bougainvillier auquel je prédisais un courte vie se porte comme un charme et ses fleurs font écho à celles du polygala (oui, lui aussi a refait des fleurs!):

 

Juste à côté, le petit rosier grimpant que j’aime tant a refait une unique fleur et la clématite « Cézanne » qui est juste en dessous a lancé une longue tige qui est venue s’enrouler dans le rosier et s’est couverte de fleurs plus foncées que les premières:

 

Je tiens à préciser que les grandes tiges, c’est une première pour cette clématite très florifère mais qui a plutôt tendance à faire un petit buisson bas qu’à s’élancer à l’aventure…

Dans le même coin du balcon, mais plus à gauche, quelques anémones du Japon (au risque de me répéter: j’adoooooore cette fleur) ont fleuri, mais rien comparé aux années précédentes. Voilà des plantes qui n’ont pas trop aimé la dernière vague de gelées de l’hiver.

Les années précédentes, non seulement il y avait eu plus de fleurs mais les tiges étaient bien plus hautes: rien ne se passe comme prévu!

De l’autre côté, sur une des fenêtres de la cuisine, le rosier jaune qui me semblait très fragilisé avait sorti trois roses avant mon départ: à mon retour il en avait sorti d’autres et j’ai compté encore cinq ou six boutons ce matin. Même le rosier « sourire d’orchidée » a fait honneur à sa réputation de rosier remontant et ressorti plein de fleurs magnifiques. Bref, c’est plutôt une année à rosier sur le balcon.

 

Il commence à être très à l’étroit dans son pot et il va falloir qu’à l’automne je lui achète un pot plus grand, de section carrée, qui tiendra bien sur le rebord de la fenêtre. L’érable du Japon va aussi avoir besoin du même genre de pot: je vais devoir écumer les jardineries.

 

 

 

Haut les cœurs!

16 juin 2012 § 4 Commentaires

Le temps me déprime. J’ai beau me dire qu’il faut bien que la pluie tombe, je voudrais bien savoir pourquoi elle ne peut pas tomber la nuit et en hiver… Le balcon est saturé d’eau, mais entre deux averses, je constate que les plantes poussent et qu’elles ont même l’air de trouver cette sorte de mousson (que je déteste) relativement à leur goût. Il faut avouer que tout est trèèèèèès vert. Ambiance balcon normand. Je suis particulièrement satisfaite de ma jardinière refaite cette année avec gauras, érigerons et fenouils…

Au premier plan, une crassula variegata devenue folle, qui pousse dans tous les sens. Le lecteur attentif aura remarqué qu’elle est bordée de rose… elle fait ça quand elle a froid, généralement en automne: sans commentaires!

On voit mieux ici:

Sur la photo on voit bien le temps qu’il fait et l’ambiance jardin botanique écossais. Dans la jardinière où les jasmins magnifiques ont trépassé cet hiver, les gauras ont fait une réapparition surprise et sont au bord de fleurir:

Pour rester dans les roses et les verts, mes petits plants d’achillées paprika sont en fleurs. C’est la première fois que j’en mets sur le balcon, j’hésitais à cause de la chaleur estivale… ha!ha!ha! Bref, elles m’ont l’air de s’acclimater parfaitement:

Je constate en revanche que c’est une plante qui boit tant et plus. Les cosmos semés il y a quelques semaines ne devraient pas tarder à fleurir, en revanche échec total avec les graines de scabieuses pourpres.

Last but not least, le rosier grimpant-qui-ne-grimpe-pas est couvert de fleurs après avoir été couvert de larves de coccinelles. Je l’adore et je crois qu’il va aller remplacer la clématite armandii (qui bien sûr se met à sortir des nouvelles pousses après avoir perdu toutes ses feuilles après la taille), pour pouvoir grimper le long du mur.

Et sinon j’ai une annonce à passer: un de mes pieds de Mara des bois (celui qui a poussé au pied du bébé amandier) fait deux stolons que je vais mettre en terre. Je les donne à qui les veut!

Où suis-je ?

Entrées taguées rosier grimpant sur balconparisien.