Un balcon en forêt

4 juin 2016 § 4 Commentaires

Avant de vous montrer plus longuement tout ce qui fleurit en ce moment malgré le temps, voici quelques vues du balcon depuis l’intérieur. En ce moment c’est tellement vert qu’on se croirait en Normandie!

IMG_3333

A droite, l’abélia, que j’ai changé de pot au moment où j’ai délocalisé le ginkgo, se développe comme un fou. Vivement qu’il se couvre de fleurs! Sur cette fenêtre à part les gauras, il faudra attendre un peu pour avoir des fleurs. A gauche (on ne la voit pas sur la photo car elle planquée derrière le mur), la cytise a finit de fleurir (tout en jaune!) mais cette année elle était vraiment magnifique.

IMG_3332

Fenêtre du milieu, on voit l’amandier encadré par le rosier « Iceberg » et le rosier « Paul Cézanne », ce dernier commençant tout juste sa floraison. Au-dessus de l’amandier, la jardinière de géraniums « Espresso » est magnifique. J’ai bien veillé cette année à ce qu’aucun cosmos ne pousse pour que les géranium puissent se développer, et je ne suis pas déçue.

IMG_3335

La troisième fenêtre est celle des framboisiers, couverts de framboises encore totalement vertes. Au premier plan, le géranium macrorrhizum a fait beaucoup de belles feuilles mais pour l’instant je ne vois pas l’ombre d’une fleur. Dans le même pot, un polygala s’est semé tout seul et je l’ai ratiboisé un peu sauvagement au début du printemps. Dès qu’il fera un peu chaud il reprendra du poil de la bête. Pas encore en fleur, les roses trémières et la clématite « Cézanne » se camouflent encore dans tout ce vert.

Enfin le balcon vu de la quatrième fenêtre:

IMG_3336

Fermeture estivale

2 août 2014 § 7 Commentaires

Enfin les vacances approchent. Jamais je ne les aurai attendues avec autant d’impatience! Dans quelques jours, le balcon parisien sera confié aux bons soins de la fée des balcons. Quelques nouvelles pour vous faire patienter jusqu’à la rentrée…

D’abord des nouvelles de l’araignée. Elle avait disparu, mais je crois l’avoir retrouvée (doublée de volume) ou alors c’en est une autre, mais j’ai quand même l’impression que c’est la même en plus grosse:IMG_1234 Je ne peux pas dire que je raffole des araignées, mais j’espère vaguement qu’elles bouffent les moustiques qui en général m’adorent et pullulent à Paris en ce moment. Enfin, ma mère m’a toujours dit que les petites bêtes ne mangeaient pas les grosses (ce qui est totalement faux) et que les araignées étaient utiles (contrairement aux moustiques) ce que je suis prête à croire. Cette année en tout cas, on va dire que c’est la mascotte du balcon (en attendant le retour des mésanges, qui ont moins de poils et des mandibules moins acérées).

Sinon, pour me montrer à quel point j’avais tort de me lamenter il y a peu sur l’état déliquescent du balcon parisien, il y a des nouveautés à foison. Un petit panorama de notre collection d’été:

D’abord les pois de senteur. Fidèles à leur nom, ils sentent divinement, mais je ne devrais pas les mettre au pluriel, une seule graine à germé sur tout mon paquet:IMG_1246

Toujours dans les mêmes tons, mais moins odorantes, les roses trémières sont de retour, fidèles au poste:IMG_1225Et les anémones du Japon (incontestablement, avec les gauras, la plus belle réussite du balcon parisien) sortent discrètement leurs petits télescopes:IMG_1231

 

Les rosiers aussi refont des roses. Je ne sais pas s’il s’agit d’un dernier baroud d’honneur ou si c’est que le temps leur convient (elles ne sont pas difficiles…), mais le rosier « Paul Cézanne » (anciennement connu sous le nom de « Camille Pissaro » ou plus simplement « rosier jaune »), ravi de son nouveau pot est à nouveau couvert de boutons; même chose pour le rosier « Iceberg », que j’ai finalement rempoté et qui me voue depuis lors une reconnaissance éternelle et des fleurs aussi sur le « Sourire d’orchidée », même si j’ai bien peur que là ce soit un peu un bouquet final avant disparition définitive, ce qui serait un crève-cœur car je suis toujours bouche-bée devant la beauté et la simplicité de ses fleurs:

 

IMG_1228

IMG_1154

 

La glycine ne veut pas être en reste et sort une grappe de fleurs (elle en sortira peut-être d’autres en mon absence, mais c’est déjà une satisfaction):

IMG_1235

 

Dans un petit pot, tellement petit que je l’oublierais presque quand j’arrose, les deux boutures de jasmin données par ma belle-mère grandissent gentiment (avec des gueules de loup squatteuses):IMG_1239

Côté potager… C’est un peu la cata. Le point positif c’est qu’après une bonne taille pour enlever les branches mortes, les deux pots de framboisiers sont couverts de boutons de fleurs: deuxième récolte magnifique en perspective. Cette année sera celle de la framboise (et de la patate, quand même!), pas celle des fraises, même si de nouvelles sont en préparations aussi. J’ai arraché un pied de courgette qui a crevé, l’autre a l’air de se porter un peu mieux, mais persiste à ne préparer que des fleurs mâles. Ce sera mon défit pour l’an prochain. Le temps n’est pas très favorable je pense, mais peut-être que j’ai aussi du mal à m’habituer au bac-sac (je trouve plus difficile d’arroser correctement, déjà qu’avec un pot normal c’est quand même ça le plus dur sur un balcon, mais avec le bac-sac, pour l’instant je tâtonne ). Les tomates (semis ratés cette année, mais deux pieds ont survécu) font enfin des fleurs… en croisant les doigts j’aurais deux ou trois tomates cette année!IMG_1226

Last but not least, le ginkgo, sans doute rongé par la culpabilité, me refait le même coup que l’an dernier et sort une nouvelle collection de feuilles bien vertes. À mon retour je vais prendre ma perceuse et trouer le fond de son pot comme une passoire, mais en attendant j’ai donné instruction de le laisser crever de soif et de n’arroser que quand le pied de gueules de loup énorme qui pousse au pied aura l’air de vouloir boire. Evidemment, je ne peux pas empêcher qu’il pleuve. Alea Jacta est! Pour l’instant, il est moche, mais vivant…

IMG_1240

 

Je vous laisse momentanément et j’en profite pour remercier non seulement les copines qui me laissent leurs commentaires bienveillants et leurs encouragements, mais aussi tous les visiteurs silencieux de France, du Canada, des États-Unis, d’Espagne, de Belgique, d’Allemagne, d’Italie, du Portugal, de Russie, de Pologne, Du Maroc, d’Algérie, de Tunisie, de Malte, de Guyane, des Antilles et de tout un tas de pays lointains que j’oublie sans doute de nommer mais que je n’oublie pas de remercier!

Panique sur le balcon

16 juin 2014 § 4 Commentaires

Ça y est, les gauras sont lâchés et font par endroits un véritable rideau, remplaçant les roses qui ont fini de fleurir:

IMG_0940

Pour le reste, les fleurs de courgettes font écho aux roses du « Paul Cézanne » et mettent du jaune canari sur le balcon. Les courgettes samedi matin:

IMG_0936Les courgettes ce matin:IMG_0943Sinon, pour le reste, il y a eu vent de panique sur le balcon. Plus de pucerons mais attaque massive d’araignées rouges sur les framboisiers et les roses trémières, et surtout, le compost. Mue par une légitime curiosité, j’ai soulevé le couvercle de la boîte de Pandore… De prime abord, tout allait merveilleusement bien dans le pot à compost, dans lequel j’ai hardiment rajouté des épluchures toutes neuves:IMG_0787

Une splendeur, avec une odeur d’humus fantastique. J’empoigne ma fourchette à compost et je mélange les épluchures de courgette fraîches avec le reste, quand soudain… J’aperçois des larves à des stades variés de développement. Plein de larves blanches et d’œufs chocolat (je veux dire couleur chocolat, pas EN chocolat):IMG_0791

(en haut larve blanche, au milieu sur fond vert courgette, un œuf marron)

Panique parce que je sais qu’il y a des larves atrocement néfastes pour un compost. Une rapide consultation sur internet, me confirme que les larves de lucanes et d’autres bestioles du même genre sont redoutables, mais ce sont des larves énormes, donc pas les miennes, qui font la taille d’un pignon de pin. Qui donc squatte mon compost? Après maintes recherches et fausses pistes, la réponse a fini par tomber sur nos téléscripteurs: ce sont des pupes et des larves de mouches. Des mouches de base, qui pullulent en effet dès qu’il fait un peu chaud. A voir . J’ai donc suivi les conseils trouvés sur certains forum et pulvérisé mon savon noir anti-puceron sur le rebord de mon bac à compost. Au pire, quand j’aurai le temps, je ferai un tri féroce.

En attendant, j’ai aussi rajouté de la cellulose, indispensable à un compostage efficace, sous la forme de petits morceaux de boîte à œufs (non colorée):IMG_0786

 

Les derniers jours du Balcon parisien

10 septembre 2013 § 8 Commentaires

Mes amis, ne nous leurrons pas, à l’heure où j’écris ces quelques lignes d’une main tremblante, le Balcon parisien n’est plus. Jeudi dernier, alors qu’ils devaient venir ce lundi, les ouvriers sont arrivés dès 8h. Je les ai renvoyés prestement chez eux en leur disant: lundi, c’est lundi, si vous vouliez venir jeudi, fallait prévenir. Non mais! Ils sont donc revenus lundi, sous une pluie battante, on monté deux étages, puis sont partis à cause de la flotte et aussi parce qu’ils avaient commencé à monter un truc qui n’était pas du tout ce qui avait été prévu… Un rien brouillons, les gars. Bref, aujourd’hui ils ont défait ce qu’ils avaient fait et remonté tout comme il faut, et ça a été la fin du balcon.

Avant de vous montrer les photos terribles, j’ai décidé de rendre un dernier hommage à ce que le balcon a été. Le balcon dans sa modeste gloire, par un week-end ensoleillé de septembre. C’était dimanche, j’en ai la larme à l’œil:

IMG-20130907-00400

(elle pleure à chaudes larmes)

C’était les derniers feux de l’été, mais des feux quand même… Par exemple, comme par un fait exprès, le framboisier, qui n’est pas censé être remontant, s’est mis à remonter comme un malade. Il est couvert de framboises énormes:

P1050551

Couleurs délirantes, à croire qu’il le fait exprès. Les roses trémières elles aussi sont devenues remontantes… Une sorte de bouquet final, de baroud d’honneur!

P1050554

Pleines de fleurs et même de boutons de fleurs…. Même l’altéa, leur proche cousin, a décidé de faire plus de fleurs qu’il n’en a jamais fait:

P1050559

D’autres, pourtant, ayant senti le vent tourner, et anticipant sur une lugubre Toussaint, on commencé à prendre une mine de circonstance. Le laurier rose, revenu d’entre les morts cette année a laissé faner ses fleurs et a sorti d’immenses graines qui ressemblent à des doigts de momie desséchée:

P1050555

Ambiance Le Retour des morts vivants! L’érable du Japon ne sait pas trop ce qu’il faut faire et hésite à choisir entre le camp des optimistes et celui des pessimistes, alors une partie rougit déjà tandis que l’autre reste d’un vert printanier… N’importe quoi!

P1050557

P1050558

La seule, finalement, qui reste égale à elle même (mais plus pour longtemps), c’est Armande, plus dépressive et déprimante que jamais. Pour une fois elle est totalement raccord avec l’ambiance de fin du monde qui règne désormais sur le balcon:

P1050553

Le prochain article sera noir, sinistre, affreux. Vous êtes prévenus. Armande a déteint sur moi….

Le balcon se met au vert

29 août 2013 § 16 Commentaires

Chaque (presque) fin d’été c’est la même chose, les fleurs ont fait leur temps et je me retrouve avec un balcon verdoyant comme un bocage normand. Cette année, c’est à première vue le cas et quand on regarde le balcon dans son ensemble, on a surtout une impression de verdure:

P1050544

 

L’observateur aguerri aura remarqué tout de suite que le ginkgo se porte comme un charme et a opéré son étrange mue: toutes les feuilles malades sont tombées et ont laissé la place à de jeunes feuilles vertes. Flo a taillé le bout des branches pour qu’il ne se fatigue pas trop à envoyer de la sève trop loin, et là tout va bien. Bizarroïde quand même, mais je suis soulagée.

Le vert est donc omniprésent en ce moment, mais si on regarde dans le détail, il reste quelques petites touches de couleur. Les anémones du Japon sont en fleurs et elles sont magnifiques! Décidément j’adore ces fleurs:

P1050533

P1050534

 

Il y a d’autres vivaces que j’aime de plus en plus, qui se répandent partout sur le balcon et qui explosent de fleurs en ce moment (un peu en retard donc): les gauras. J’en suis folle. Cette année, ils sont particulièrement florifères:

P1050545

 

A ma grande surprise, le rosier « Sourire d’orchidée » a refait des feuilles et des tiges, mais aussi des fleurs: quelques  boutons par-ci par-là, mais c’est rare qu’il se comporte comme un remontant alors qu’il est censé l’être.

P1050540

Il y aussi encore quelques scabieuses noires (ça aussi j’adore), la petite verveine repart en fleurs, deux ou trois cosmos re-semés tout seuls de l’an dernier sont en train de fleurir (dont un énorme dans la jardinière des joncs) et les roses trémières ne sont pas finies. L’abélia est toujours couvert de ses délicates petites fleurs roses pâles et blanches et les fraisiers (qui ont très très peu donné cette année et ont fait des fraises ultra-naines pendant que je n’étais pas là) ressortent des fleurs et quelques fruits verts pour le moment.

Côté cour, le rosier « Camille Pissaro » a un bouton prometteur, mais surtout l’altéa a fait des fleurs en mon absence et sort encore quelques boutons, d’un vert soutenu:

P1050542

 

Dans le pot d’à côté, le dernier pied survivant de pieris japonica reprend du poil de la bête et sort les grappes de fleurs qui vont rester en bouton tout l’hiver et tout le printemps:

P1050543

 

Bref, pour l’instant, avec tout ce vert et toutes ces floraisons en attente, on ne dirait pas que dans trois semaines ce sera l’automne. Le seul détail qui l’annonce c’est les feuilles des grands platanes, qui commencent déjà à tomber. Bientôt il va falloir que je déménage le balcon pour l’installation de l’échafaudage (5 semaines!)… L’occasion de se poser plein de questions, notamment sur conduite à tenir avec la glycine….

 

Souvent balcon varie…

31 juillet 2013 § 8 Commentaires

Bon… Il semblerait que j’aie parlé trop vite. Oui la glycine fait des hampes de fleurs. Oui je suis contente. Vais-je profiter de ces fleurs? Non. Car les fleurs ont l’air de tomber à mesure que les boutons s’ouvrent. Je ne sais pas si c’est l’effet du vent, mais je me retrouve avec des tiges nues et les yeux pour pleurer:

P1050524

Ce côté girafe est passablement ridicule.

Dans un autre genre, le framboisier se met en mode « ginkgo »: je perds mes feuilles mais j’en sors des nouvelles. il me fait même de nouvelles framboises alors qu’il a une super sale gueule (araignées rouges? + chenilles):

P1050527

P1050528

 

Même plante, même moment… C’est Harvey Dent après l’incendie.

Sinon, les roses trémières sont déjà en fin de course, mais elles prennent ce côté vieux chiffon que j’aime bien:

P1050530

 

Pour finir, les pensées jaune et mauves, qui avaient disparues du pot après le rempotage, se sont re-semées. Les voilà timidement en fleurs à nouveau:

P1050526

Les mutants du balcon

22 juillet 2013 § 10 Commentaires

J’avais déjà évoqué la forme ou la couleur inhabituelles de certaines plantes (comme le rosier « Sourire d’orchidée » par exemple). Là je viens de voir que les roses trémières s’y mettent. Alors que tous les pieds proviennent des mêmes graines récoltées sur le même buisson dans le même jardin, buisson dont les fleurs sont toutes blanches avec de très légers reflets roses, comme ça:

P1050504

 

Eh bien dans mon pot, en plus des roses ci-dessus, j’en ai aussi des roses roses genre tyrien:

P1050503

 

Impossible d’incriminer un quelconque engrais puisque les deux pieds sont dans le même pot. Bizarre quand même!

Sinon c’est la canicule sur le balcon mais tout résiste assez bien, sauf le ginkgo frappé d’un mal mystérieux. J’ai lu plein de choses totalement contradictoires: il pourrait s’agir d’un arrosage trop abondant ou au contraire d’un arrosage trop parcimonieux…. faudrait savoir les gars! Il paraît en tout cas que s’il résiste assez bien aux grands froids, le ginkgo n’aime pas que la température dépasse les 30°… Nous voilà bien! N’empêche, mon polygala qui était mal en point, c’était le manque d’eau. Depuis que je lui en mets davantage il est ravi. Si le ginkgo crevait ce serait affreux.

Une note un peu plus optimiste: les rats volants délaissent mes fraises et la seconde récolte s’annonce pléthorique. Surtout les fraises sont énormes, charnues et très sucrées. Bref, les cons pigeons se sont rués sur les fraises maigrelettes et aigrelettes et ne viennent pas me chiper les bonnes, ce qui est une excellente nouvelle!

P1050508

Où suis-je ?

Entrées taguées roses trémières sur balconparisien.