La tournée d’inspection

12 mai 2013 § 22 Commentaires

Même après cinq jours d’absence, il fallait que je fasse mon tour d’inspection du balcon. Dès mon arrivée, j’ai vu qu’il fallait arroser de toute urgence, alors même qu’apparemment il avait plu. Je suppose que le vent d’ouest assez sec a desséché tous les pots que j’avais pourtant copieusement arrosés avant de partir. Aujourd’hui j’ai fait un tour pour voir ce qui avait relevé la tête et pour vérifier que rien n’avait trop souffert. En réalité, les pigeons sont un pire fléau que la sécheresse et mon géranium Johnson Blue, qui avait manifestement soif hier soir, avait aussi été piétiné sauvagement et ce matin, j’ai bien vu que certaines tiges étaient cassée et n’allait pas s’en remettre vraiment:

P1050324 C’est dommage parce qu’on distingue à gauche, contre le volet, la première fleur de Johnson Blue, tandis que les tiges piétinées pendouillent lamentablement. Les fleurs en bas sont des ancolies qui se sont semées là toutes seules, dans un pot où prospèrent depuis deux ans des gueules de loups, qui ne sont pas encore en fleur. D’autres ancolies sont en fleur un peu partout. Les sœurs de celles-ci (les plus nombreuses sur le balcon) se sont ouvertes au pied de la lavande papillon, et l’ensemble est assez réussi (je précise que je n’ai planté ou semé ni les unes ni les autres:

P1050322

 

J’ai eu la surprise de voir que le pied d’ancolie rose pâle, qui fleurit comme un fou, a sorti aussi une fleur blanche:

P1050321 Dans la jardinière des gauras et des œillets, certaines fleurs commencent aussi à sortir et à faire des taches de rouge vif, les œillets faisant écho aux benoîtes:

P1050326Le rosier « Sourire d’orchidée » s’est couvert d’un seul coup de boutons de fleurs en grappes, qu’on ne voit pas sur la photo qui suit car j’ai cadré comme une patate. Mais on voit en bas à droite la première rose de l’année!

P1050328On voit aussi que les feuilles sont bouffées, non pas par des chenilles, mais par une minuscule guêpe dont j’ai renoncé à me débarrasser. Juste à côté, dans un nouveau pot plus grand, le mini althéa et les bébés lavande se portent comme des charmes et on doublé de volume en l’espace de quelques jours:

P1050329

 

J’ai hâte de voir si ce sera deux pieds de lavande normale ou de lavande papillon…

Enfin côté chambre, l’althéa originel, que j’ai déplacé là quand j’ai rempoté le ginkgo, a l’air parfaitement satisfait et partage désormais sont pot avec un pied de gueule de loup qui a sauté depuis le pot des gueules de loup dont je parlais tout à l’heure. On peut voir de gauche à droite: le pieris japonica en fleur (je vais le tailler dès la floraison terminée), l’érable du Japon (une fenêtre très japonaise, donc), et l’althéa avec, à droite, sa gueule de loup immense et fleurie (au premier plan, le romarin est toujours en fleurs):

P1050320

 

Publicités

Avé l’accent

15 avril 2013 § 18 Commentaires

Hier, c’était la folie furieuse à Paris, tout le monde était dehors pour profiter non seulement du soleil mais de la chaleur délirante. À 23h il faisait encore 19°! Pour la première fois depuis longtemps, nous avons lu et bu notre café sur le balcon: on avait presque oublié comment c’était. Evidemment les meilleures choses ont une fin, et ce matin le temps était redevenu désespérément parisien:

P1050157Au moment où j’écris c’est encore pire, je sens qu’il va tomber des trombes dans 5 minutes (ah non, il pleut!). Bref, pas encore tout à fait gagné pour la sensation de printemps, qui reste assez éphémère. Le balcon s’est pourtant doté de tous les atouts pour faire croire à ses habitants qu’ils sont à Nice. Ma belle-mère est venue à Pâques avec des tonnes de chocolats pour les enfants et avec un olivier pour moi. Un peu taillé en boule comme un caniche (une hérésie pour qui vient, comme moi, d’une région à olive), mais vigoureux et déjà plein de fleurs:

P1050135

L’année dernière, en juin je crois, c’est elle aussi qui m’avait offert un bougainvillier que j’avais finement rentré au début de l’hiver. Il m’avait causé bien des inquiétude car une fois à l’intérieur, il avait brutalement perdu toutes ses feuilles. Ma mère, qui s’y connait, m’a dit que c’était normal: le bougainvillier n’aime pas trop être rentré, ni être laissé exposé au froid… bref, il ne se sent bien que dans le Sud, voir encore plus au Sud. Il n’est cependant pas mort de cette captivité et reprend péniblement du poil de la bête depuis déjà quelques semaines. J’hésite encore à le ressortir, un orage de grêle est encore possible:

P1050156

Côté cuisine, si le romarin se porte comme un charme et continue à être couvert de petites fleurs bleues, je ne peux pas en dire autant du thym, qui servait de coussin aux sales pigeons qui rôdent avec fourberie autour du balcon. Il avait tellement fini par se déplumer au centre que je l’ai taillé drastiquement, du coup il ne ressemble plus a rien…

P1050153

Il se passe plein d’autres choses sur le balcon, mais là j’ai du vrai boulot qui me tend les bras…

 

 

Les mois en Brrrrrr!

19 janvier 2013 § 4 Commentaires

Oui, je sais, le mois de janvier n’est pas vraiment un mois en Brrr! mais il fait très froid, alors c’est tout comme. Hier soir, la neige tombait en rafales sur le balcon. Prudente, cela fait plusieurs jours que j’ai rentré le bougainvillier, mais j’aurais peut-être dû le rentrer quand il a commencé à perdre ses feuilles… on verra bien.

En attendant, ce matin le balcon ressemblait à Val d’Isère (au moins) et tout prenait un air un peu surnaturel. Le thym et le romarin (celui-là même qui venait de sortir des fleurs) disparaissent sous une épaisse moumoute blanche:

P1040941

P1040938

 

Le gros buis est à peine reconnaissable sous son camouflage de lièvre des neiges:

P1040936Quant à la frêle euphorbe, qui était sur le point de ressortir comme si on était au printemps, elle n’a plus que ses vieilles tiges squelettiques pour indiquer sa présence:

P1040934

 

Il est tombé pas mal de neige, sans doute moins qu’en banlieue, mais presque 24h après elle tenait encore. En fait, la neige n’est pas une mauvaise chose pour le balcon: elle protège les plantes plus qu’elle ne leur nuit, en règle générale. Et si après la température chute encore, les plantes s’en ressentent moins. Le pire, c’est évidemment le coup de froid intense et inattendu, qui fait geler l’eau dans les pots (je n’arrose jamais en hiver, mais il pleut beaucoup sur le balcon parisien) et donc autour des racines, qu’il est impossible de protéger.

P1040933

 

Quand je pense que le framboisier (à droite) et la clématite Cézanne avaient déjà sorti un peu de verdure!… Tout à fait à gauche, le pot de roses trémières est comme fondu.

P1040921

 

 

La nouvelle année du balcon

1 janvier 2013 § 9 Commentaires

Parce qu’une année qui commence est toujours la promesse d’un renouveau, le balcon parisien n’a rien trouvé de mieux que de sortir quelques fleurettes pour souhaiter la bonne année à tous ses visiteurs:

La saxifrage s’est lancée la première:

Saxifrage en fleur

Saxifrage en fleur

Bientôt suivie par le romarin côté cuisine:

P1040913

2013 va commencer assez rudement pour le balcon parisien, avec une mue forcée pour cause de travaux en façade, en toiture et sur le balcon lui-même. Pour l’instant personne ne sait vraiment quand tous ces travaux (nécessaires) vont commencer, ni comment les hôtes du balcon vont s’en accommoder, mais il y a gros à parier que beaucoup de jardinières devront être vidées et refaites entièrement après la fin du chantier… On verra bien! En attendant, bonne année à tous!

Quatre grains d’hellébore

28 janvier 2012 § 6 Commentaires

Evidemment, en hiver, pas grand chose à dire sur le balcon. Je ne suis néanmoins pas peu fière d’annoncer que les graines d’hellébore plantées il y a trois ans viennent de donner une fleur, la première (la seule):

Un peu morne et un peu trempée, mais il fait moche. Elle n’est pas la seule fleur du balcon, puisqu’elle doit partager la vedette avec le romarin et ses fleurs bleues (la flemme de faire une photo) et les némésias:

Les agathéas bleus ont aussi sortis quelques fleurs, mais c’est une funeste erreur de jugement qui risque de leur coûter cher dans les jours à venir puisque la météo annonce du vrai de vrai froid. Je me demande d’ailleurs ce qui va advenir des boutons dont s’est bêtement couvert un des amandiers en bas de l’immeuble et des boutons de ma clématite bleue, d’habitude plus raisonnable (oui, la photo est floue, et alors??? sans lumière et sans pied vous croyez que c’est facile?):

Les autres habitants traditionnels du balcon se tiennent à carreau en attendant des jours meilleurs (sauf le jasmin, qui piaffe). Bien leur en prend car ils pourront bientôt goûter tous les bienfaits de mes mélanges d’épluchures mixées ou découpées en petits morceaux. En attendant, elles forment un tapis multicolore qui ne doit pas être du goût de ma voisine de balcon.

Avec le froid, ça va mettre plus de temps à se déliter, mais ce n’est pas grave: l’an passé la glycine avait beaucoup apprécié son tapis d’immondices, du coup j’en mets à tout le monde.

Quelques créatures se mettent finalement au lit pour l’hiver (il serait temps!), comme ces chenilles qui après avoir bouloté mes feuilles de roses trémières ont décidé de se faire un cocon avec celles qu’elles ont épargnées:

On voit bien l’espèce de demi-cigare roulé qu’elles se font en collant la feuille comme une enveloppe et on distingue un bout de la bestiole à l’intérieur. Mon premier mouvement a été de les réduire en bouillie et puis la curiosité l’a emporté (avec l’ultra-violence, la curiosité est un autre de mes défauts majeurs) et je vais attendre pour voir quel genre de papillon ça fait. J’ai lu dans La Hulotte (excellent journal) que les citrons étaient en voie d’extinction (je parle du papillon jaune, pas de l’agrume) alors on ne sait jamais, même si je crois me souvenir que c’est plutôt un papillon du sud.

Où suis-je ?

Entrées taguées romarin sur balconparisien.