La « Courgette »: saison 2, épisode 7

5 octobre 2016 § 2 Commentaires

J’ai attendu très patiemment, mais il y a forcément un moment où la curiosité (et la faim) l’emporte sur le reste. J’ai cueilli la première, et la plus grosse, des trois courges butternut qui ont poussé sur le balcon cet été. Un beau bébé d’un kilo et six cents grammes!img_3676

Direct du producteur au consommateur: la courge a été cuisinée aussi sec et s’est retrouvée dans nos assiettes sous la forme de penne à la courge, à la ricotta salata et à la sauge: une merveille!img_3679

Publicités

Agriculture intensive

28 août 2015 § 6 Commentaires

N’écoutant que mon courage, j’ai quitté la plage de sable fin et le soleil pour affronter la pluie automnale de Paris. Comme tous les ans à mon retour, j’ai retrouvé le balcon dans une forme olympique malgré les grosses chaleurs de l’été. Bizarrement, et alors que le mois de juillet a été très chaud et ensoleillé, les tomates n’ont presque pas mûri, sauf trois ou quatre en mon absence et quatre que j’ai trouvées en rentrant. Il va falloir plus d’un article pour couvrir la rentrée du balcon, mais comme mise en bouche voici donc quelques nouvelles des récoltes, en commençant, donc, par les premières tomates:IMG_2690Il en reste une grande quantité qui attendent en grappes vertes un peu de soleil en cette fin d’été: de quoi faire encore quelques salades!

Autre récolte, très modeste celle-là: les amandes. Elles, au contraire, n’ont pas trop aimé les coup de chaleur successifs et se sont rabougries piteusement. Nous ne les avons pas encore goûtées, mais soyons indulgents, ce sont les premières:IMG_2686

IMG_2688

Du côté des melons en revanche, je suis désormais en mesure de vous montrer à quoi ressemble une fleur femelle (avec juste en-dessous, la fleur mâle et sa fine tige):

IMG_2699J’en ai repéré plusieurs dans l’enchevêtrement délirant des pieds de melons qui forment désormais une barrière presque impénétrable au pied de la glycine, s’accrochant à tout ce qu’ils trouvent à leur portée. Je pense qu’au moins deux ou trois melons devraient se former et grossir, si le temps le permet. Quant à en récolter, à moins d’avoir une fin d’été et un début d’automne très clément, je n’y crois guère… mais après tout, on en fait bien pousser en Angleterre alors pourquoi pas sur un balcon parisien?

 

Message à caractère informatif

26 juillet 2015 § 13 Commentaires

Une fois n’est pas coutume, pendant que je prépare mon prochain article sur les melons je vous signale deux articles qui ont fait mes délices ce matin même. Ils sont pour moi riches d’enseignements et de réflexions sur notre rapport à la nature, et pas seulement en milieu urbain.

http://rue89.nouvelobs.com/2015/07/25/exploit-micro-jardin-joseph-produit-300-kilos-legumes-260389

http://rue89.nouvelobs.com/2015/03/09/tomates-sans-eau-ni-pesticide-cette-methode-fascine-les-biologistes-257958

Patates

2 juillet 2014 § 24 Commentaires

Je pensais attendre mais tout à l’heure en arrosant j’ai vu un tubercule qui sortait de terre et finalement j’ai craqué. Voici donc dans un roulement de tambour la première récolte de patates du Balcon Parisien…

Tadaaaaaaaaaa!

 

IMG_0976

Je ne m’attendais pas à ce qu’il y en ait une aussi grosse, je pensais ne récolter que des micro-patates. Ma balance est formelle: 0,070kg de pomme-de-terre!!! Souvenez-vous que cette récolte part d’un petit morceau d’épluchure grand comme le pouce. Qu’aurais-je récolté si j’avais utilisé une patate entière, voire plusieurs? C’est ce que nous saurons l’an prochain, car me voilà évidemment tombée tête baissée dans le piège grossier du productivisme le plus acharné. J’ai donc bien l’intention de récidiver mais cette fois avec méthode, et du coup je suis allée voir ce qui se disait à droite à gauche, comme ou . Aucune idée de la variété qui a poussé cette fois-ci. Bio forcément, mais je n’en sais pas plus. Il paraît que la variété Nicola est la plus productive.  En allant sur des sites anglais ou américains, j’apprends que si on peut effectivement faire pousser des patates dans un sac poubelle, ce contenant fin et noir laisse trop passer la chaleur ce qui est bien pour activer la croissance mais qui peut-être néfaste à la formation des tubercules. Il existe des sacs spéciaux (chers) et sinon la toile de jute est apparemment une bonne option, mais encore faut-il en avoir sous la main. Je me demande si je ne vais pas utiliser un bête pot. Plantation en mars (après le risque de gel je suppose).

 

Le balcon grand reporter

8 juin 2014 § 4 Commentaires

Hier j’étais donc en vadrouille au salon Jardin Jardin aux Tuileries. Une chaleur de bête, mais il faisait beau, ne nous plaignons pas. Passé le moment d’énervement qui accompagne forcément le délestage des 13 euros de droits d’entrée, j’avoue que contrairement à certaines années, j’ai vu de belles choses. Mon constat, comme à chaque fois, est qu’on est à des années lumières du Chelsea Flower Show et que si la mairie de Paris voulait vraiment se présenter comme une capitale tournée vers la nature, elle ferait bien de se doter d’un salon sur les jardins un peu plus ambitieux. Comme toujours la partie de l’expo installée sur la terrasse du sanglier se termine en eau de boudin avec des exposants méritants mais clairsemés, qui donnent l’impression d’avoir été punis. Nonobstant ces remarques d’ordre général, la visite était agréable. Le jardin des Tuileries est magnifique en ce moment (leurs jardiniers sont des as), en témoigne cette photo prise à l’entrée du salon:IMG_0793Je n’ai pas eu le temps d’aller voir les plates-bandes à l’autre bout du jardin, mais l’effet était splendide à ce bout-ci.

Une bonne partie des exposants avaient consacrés leurs efforts aux terrasses et balcons. J’y reviens dans cinq minutes. Je suis d’abord allée consulter les spécialistes ès-roses de chez Delbard et André Eve. Delbard, pour savoir pourquoi mon rosier « Camille Pissaro » était jaune uniforme au lieu d’être strié de rouge-orangé. On voit bien sur la photo prise avant de partir, que les stries sont très légères et presque effacées.IMG_0779

Les deux personnes qui tenaient le stand m’ont répondu très gentiment que premièrement il s’agissait d’un « Paul Cézanne » et que justement, ce rosier était un peu capricieux du coloris. Un brusque changement de température (et même un changement de pot), et le voilà tellement décontenancé qu’il fait n’importe quoi. Peut-être ne lui ai-je pas non plus donné assez d’oligo-éléments. Je suis donc passée par le stand Botanique édition, qui avait changé de place et se trouvait réduit de moitié… Leur sélection d’engrais Saint-Fiacre aussi, et ce n’était manifestement pas la préoccupation majeure des vendeuses. Je suis repartie avec deux paquets d’engrais légumes et deux paquets d’engrais « fleurs », mais carrément déconfite. Du coup j’ai envoyé un mail à Saint-Fiacre pour savoir où trouver leurs produits, on verra leur réponse (s’ils répondent). Crochet par chez André Eve, avec beaucoup de merveilles tentantes. Il y avait notamment un mur végétalisé avec de très beaux rosiers grimpants:

IMG_0805Toujours photos à l’appui, j’ai demandé un diagnostique pour mon « sourire d’orchidée ». Là encore, extrême gentillesse des personnes qui tenaient le stand. Hésitation, puis le verdict tombe « sans doute le mildiou »… Et… c’est grave docteur? Autant le dire tout de suite, sur un rosier de neuf ans en pot, le pronostic vital est engagé. Arrosage très parcimonieux et engrais. J’ai bien fait de tailler. Mais s’il ne se remet pas, il laissera la place à l’iceberg. Bon.

En passant d’un rosiériste à un autre, très beaux stands d’arbres et arbustes, avec des poiriers en pots somptueux:

IMG_0796Et de magnifiques ginkgos taillés en boule sur un stand pas loin qui n’avait que des belles choses:

IMG_0799

 

 

J’ai repéré aussi de très jolies installations de vivaces en carré ou autre, surélevés ou pas:

IMG_0804

IMG_0819

IMG_0795

IMG_0794

Au rayon des jardins expérimentaux, il y avait aussi des choses étonnantes, comme ce « bureau jardin » avec un mur de fraisiers dans des range-dossiers alignés sur des étagères (oublié de prendre une photo). Il y avait aussi un truc très réussi, une sorte de nuage aérien d’épiphytes accrochées sur un fin grillage à poules (pas sûr que ma photo lui fasse honneur, en vrai c’est bien plus onirique que ça):IMG_0818

A propos de grillage à poule, il y avait aussi de superbes poulaillers avec des poules magnifiques:

IMG_0801

IMG_0802

Sur la terrasse, il y avait un très beau potager en permaculture:

IMG_0806

IMG_0809

J’y ai vu notamment d’étonnants fraisiers à fleurs rouges:

IMG_0808

et d’autres à fleurs roses:

IMG_0811

Autre exemple très réussi, un stand qui présentait un toit végétalisé couvert de vivaces. Ça change des plantes plus ou moins grasses qu’on voit partout. Seul problème: le poids, puisqu’il faut compter 15cm de terre. Mais c’est très beau (sauf le panneau solaire, qui est très moche):IMG_0810

 

Tout au bout, après les stands des écoles de paysagistes (beaucoup de choses intéressantes là aussi, mais sous forme de panneau), dans le carré des réprouvés, au bout de la terrasse, un stand de jardin récup’ assez marrant:

IMG_0813

 

Je ne suis absolument pas fan de l’idée de faire pousser de la salade dans des vieilles godasses, mais il y avait des choses plus raisonnables, comme ce mini-potager dans une caisse de vin:IMG_0815

Ou encore, clou du spectacle, ces palettes de manutention transformées très astucieusement en potager vertical:IMG_0814

Bref, nous sommes restés deux heures. C’était globalement très agréable, malgré l’absence cruelle de stand servant à boire (un seul stand avec deux filles débordées et rien pour s’asseoir). Quand on sait que malgré le prix délirant toute sortie est définitive, un café sympa, par exemple au bout de la terrasse, animerait un peu cet endroit délaissé et rendrait service au visiteur assoiffé. Mais encore une fois, nous ne sommes pas en Angleterre. C’est le genre de chose qui m’exaspère. Peut-être qu’un jour les organisateurs liront ce blog et rectifieront le tir… On peut toujours rêver, mais quoi qu’il en soit, ce n’est pas une raison, malgré tout, pour ne pas y aller.

 

 

 

Fièvre jaune

27 octobre 2011 § Poster un commentaire

Il y a quelques jours, beaucoup de feuillages sur le balcon commençaient à virer au rouge, voilà maintenant que le reste vire au jaune: le petit rosier jaunit, la glycine jaunit, l’altea jaunit et surtout, évidemment, le gingko qui se change en canari:

On jurerait que cette photo a été prise en plein soleil alors que pas du tout.

En cette fin de mois d’octobre, c’est aussi le moment de faire le bilan de la production balconière. Voici donc, dans un roulement de tambour, le balcon 2011 en chiffres:

254 fraises

39 framboises jaunes

Une trentaine de radis énormes

3,758kg de tomates

du thym, du romarin et de la ciboulette chinoise.

Pour avoir un point de comparaison, le balcon 2010 avait donné 259 fraises (mais avec 6 pieds de plus arrachés entre temps), 115g de groseilles à maquereau, 34 framboises jaunes et 596g de tomates.

Où suis-je ?

Entrées taguées potager sur balconparisien.