Les hauts et les bas

27 avril 2015 § 6 Commentaires

Si j’en juge par les glycines de mes copines de blog et de mes copains à jardins, et si je vois ce qu’a donné la mienne cette année, je pense que l’on peut sereinement affirmer que 2015 est l’année de la glycine. La mienne a sorti des fleurs absolument partout, comme d’habitude cette floraison n’aura duré qu’un peu moins de trois semaines (je compte à partir de l’apparition des premières taches mauves), mais les bourdons et les abeilles ne s’y sont pas trompés: un grand cru! Voici quelques photos de son évolution, les plus sombres prises au soleil couchant (difficile d’être là pile au bon moment!):IMG_1962

IMG_1971

IMG_1976 La plupart des grappes sont maintenant fanées, les feuilles ont pris le dessus, mais je suis ravie de cette floraison incroyable. La voici aujourd’hui, il est arrivée qu’elle fleurisse deux fois alors je croise les doigts:IMG_2004

Voyant qu’elle mettait de la couleur sur un balcon encore globalement en hiver, d’autres se sont décidées à fleurir aussi, dans les mêmes teintes, parce que sur le balcon parisien tout est bien évidemment orchestré de main de maître et on ne fleurit pas comme ça dans le désordre! La lavande papillon (aka Lavande « Lapin ») connaît aussi cette année une année faste:IMG_1984

Et le polygala, qui l’an dernier avait fait des petits dans un pot où poussait tranquillement un pied de géranium macrorrhizum, a sorti partout les premières fleurs du balcon (avant même la glycine):IMG_1986D’ailleurs le géranium vient de lui emboîter le pas et de sortir ses premières fleurs lui aussi:IMG_1998 Et toujours dans des tons similaires, les géranium vivace (« Espresso ») que je croyais morts mais qui sont bien vivants et sont eux aussi en fleurs: feuillage magnifiquement sombre et petites fleurs mauve pâle, je suis bien contente que le printemps ait été pour eux une vraie renaissance (on notera au passage les cosmos « Candy » qui ont décidé de squatter):IMG_2002Le balcon compte également d’autres sorties d’hiver plus discrètes mais tout aussi encourageantes, comme celle de l’euphorbe « Petit Cyprès », ou comme celle du marronnier que j’ai transplanté récemment dans un pot rien qu’à lui (souvenez-vous, il avait poussé au pied de la glycine):

IMG_1960

IMG_1966

 

Hélas, tout ne respire pas la bonne santé et le printemps sur le balcon parisien. Comme je l’avais laissé entendre, mes plantations de tulipes ont été un échec retentissant: RIEN n’a fleuri, alors qu’elles ont bénéficié de conditions tout à fait normales. Tout allait bien et puis tout c’est arrêté brutalement sans explication. Je suis très déçue. Est-ce que ça tient aux bulbes? au fait que je les ai mis en terre un peu tardivement? On verra bien l’an prochain, mais cette année ça a donc ressemblé à ça: la première photo les montre au summum de la pousse, la seconde les montre aujourd’hui…IMG_1968

IMG_1997

Autre fiasco encore plus étrange, le ginkgo biloba, qui a sorti des feuilles…. naines! Rien à faire, j’ai d’abord cru qu’elles allaient se développer, et puis finalement non, à moins d’un miracle elles vont rester comme ça. Une fois de plus, aucune explication, mais ça fait déjà un moment que ce ginkgo se comporte bizarrement sans que j’arrive à comprendre, même après avoir interrogé les spécialistes les plus pointus:IMG_2003Et je précise que les feuilles ci-dessus sont parmi les plus grandes!

Et sinon, le grand gag 2015 sur le balcon parisien, et toujours au chapitre de la malédiction des plantes à problèmes, une amie m’a offert… une clématite « Armandii »!!! Alors que je m’étais courageusement débarrassée de la précédente, on va voir si j’arrive à dompter celle-ci. Pour l’instant elle a l’air normale (la photo a été prise il y a quinze jours), mais je ne l’ai pas encore rempotée:IMG_1952

 

 

 

Patates de Noël

28 décembre 2014 § 4 Commentaires

Cette nuit, pour la première fois, l’eau a gelé dans les soucoupes, le reste de champagne a presque gelé dans sa bouteille! Comme une imbécile je n’avais pas purgé le robinet du balcon; c’est chose faite, mais heureusement que le balcon parisien est plein sud! Comme il fait froid, j’ai décidé de déterrer mon dernier plan de patate. Je pense que c’est un pied qui s’est développé tardivement à partir d’une petite pomme-de-terre qui m’avait échappé à la première récolte. Cette fois-ci il y en avait trois, minuscules: pas vraiment de quoi faire un gratin dauphinois! J’ai donc décidé de les remettre en terre, mais pas au pied de la glycine, dans le bac-sac, vide depuis la mort prématurée des courgettes.IMG_1624

 

IMG_1625

Malgré le froid et malgré une matinée plutôt moche,  il faisait un temps magnifique aujourd’hui, je me suis donc activée sur le balcon en profitant du soleil. J’ai vidé le pot du basilic et j’ai replanté dedans le géranium macrorrhizum et le polygala qui avait colonisé le pot du macrorrhizum. Les deux étaient très à l’étroit, il était temps! J’ai aussi vidé deux jardinières, mais d’autres attendent leur tour. Ce n’est pas le meilleur moment car après les pluies que nous avons eu à Paris la terre est gorgée d’eau, tout est très lourd et on en met partout! En même temps si j’attends que ça sèche je risque d’attendre longtemps. Demain je vais aller acheter des sacs poubelles ultra-résistants et continuer mon œuvre. Mes gants de jardinage m’ont lâchée, et ça aussi ça tombe mal car le Père Noël est déjà passé…

Pendant tout le temps que je me suis activée sur le balcon  j’ai observé le ballet des mésanges, charbonnières et bleues, qui viennent se ravitailler dans la mangeoire. Du coup j’ai commandé des graines et des vers de farine séchés sur un site conseillé par ma mère et j’envisage d’investir dans une nouvelle mangeoire. D’autant que les graines sont aussi convoitées par un merle. J’ai une petite soucoupe d’eau pas loin, dans laquelle elles sont contentes de venir boire; elle était gelée ce matin, mais plein sud elle a vite dégelé, il faut que je pense à la remplir pour mes pensionnaires quand elle sera à sec.

Le pot aux roses

21 mai 2014 § 27 Commentaires

Malgré les montagnes russes météorologiques auxquelles le balcon parisien se trouve soumis en ce moment (ouikenne estival, semaine moche), tout pousse et en ce moment le balcon est rose. La clématite Cézanne (bleue) est en train de se faner, le géranium Johnson Blue (bleu aussi, comme son nom l’indique) a été sauvagement piétiné par des ramiers (don’t step on my blue suede géranium!) et se remet doucement de ses émotions avant de sortir d’autres fleurs. Le rose a donc pris la place du bleu (la lavande papillon (je préfère l’appeler lavande lapin) qui est entre le bleu et le rose, sert d’arbitre).

Le polygala, totalement remis de son séjour dans la cour de l’immeuble sort fleurs sur fleurs:IMG_0560Le géranium macrorrhizum, qui avait été le premier à fleurir, continue sur sa lancée avec en prime quelques feuilles qui rougissent un peu sous l’effet des changements de température:

IMG_0562Il est désormais suivi par les nouveaux géraniums vivaces plantés il y a quelques semaines. Enfin, pour l’instant une seule variété est en fleur: le maculatum Espresso… Je l’adore!

IMG_0569Côté rosiers, le sourire d’orchidée est en fin de floraison. Très abondante cette année, je vais voir si après une bonne taille j’aurai droit à une deuxième salve. Sur la fin, certains bouquets ont pris une légère teinte saumonée avant d’éclaircir: magnifique!IMG_0577

Dans un grand pot pas loin, le rosier « Chantal » (il faudrait que je trouve son vrai nom quand même), s’en donne à cœur joie, manifestement très à l’aise dans sa nouvelle maison:IMG_0571 Et pour finir, les framboises sont aussi de sortie. Les nouvelles rouges sont encore vertes, mais les traditionnelles jaunes commencent à mûrir et je crois même que je vais pouvoir manger les deux premières demain! Cette date n’est en rien exceptionnelle, car en 2011, j’avais noté sur mon carnet de cueillette que j’avais ramassé les premières fraises le 3 mai et les premières framboises le 10 mai. Les premières framboises n’étaient sorties que le 3 juin en 2012 et le 14 juin l’année dernière.IMG_0565

 

 

Entre deux giboulées de mai!

11 mai 2014 § 17 Commentaires

Pas facile de faire un reportage photo sur le balcon, dès que le soleil pointe son nez il est suivi dans la seconde par des pluies torrentielles qui s’en vont au bout de dix minutes… et tout recommence. Bref. Pas facile non plus de prendre des photos quand on tousse, mais il y a quand même du nouveau depuis le dernier article. Pas mal de fleurs sont sorties. Le rosier « sourire d’orchidée » est couvert de roses qui baissent un peu la tête: les fleurs sont fragiles et n’aiment ni les rafales de vent ni les litres de pluies. Mais surtout le petit  géranium « Johnson Blue » commence à sortir des fleurs.IMG_0522Je suis rassurée car j’avais un peu peur pour lui. Il a dû pâtir un peu des travaux puisqu’il se trouve dans la poubelle noire de la glycine: il a reçu du plâtre, des gravats, du mortier, des bouts de trucs et de machins et ensuite il a été enseveli sous du compost et du terreau. Mais le voilà de retour! Il a d’ailleurs fait un petit dans le pot du ginkgo. Un autre géranium, le macrorrhizum, commence à sortir ses délicieuses petites fleurs roses. En l’admirant je me suis rendu compte qu’il partageait désormais son pot avec trois bébés polygala et un mini cosmos, issu d’une graine de candy. Du coup je suis allée saupoudrer certains pots de graines de cosmos récupérées de l’an dernier: on verra bien.IMG_0551Les œillets sont aussi en fleurs. Très difficiles à photographier car leur rouge vif affole les appareils photos numériques, mais toujours aussi jolis. Ils tiennent compagnie aux benoîtes qui ont survécu dans cette jardinière.

IMG_0530

IMG_0532D’autres fleurs, plus petites et moins spectaculaires font aussi leur rentrée sur le balcon. Les fleurs d’olivier notamment. Il y en a tellement cette année que si toutes donnaient une olive je pourrais me faire un beau bocal d’olives noires!IMG_0540

Il y a aussi l’euphorbe « petit cyprès », qui est encore jeune mais sort timidement quelques fleurs vert-jaune:IMG_0541

Et sinon, j’avais promis une photo du nouveau champ de patates du balcon parisien. Mais d’abord, pourquoi des patates? Je vois d’ici Anne lever les yeux au ciel et pourtant il ne s’agit pas de ma dernière lubie (même si ça pourrait). Une fois de plus je n’y suis pour rien et c’est le côté « arche de Noé » de ce balcon qui est seul responsable. D’où viennent donc ces deux pieds de patates (je suis désolée, mais deux pieds de patates, à l’échelle d’un balcon parisien, c’est carrément un champ)? Du compost bien sûr. Dans un moment d’inattention, j’ai dû laisser passer au compost des épluchures de pommes de terre. En général j’évite les épluchures de patates parce que je sais que le moindre fragment peut donner naissance à un plant… Voilà comment la poubelle noire de la glycine abrite donc, outre la glycine et le géranium, deux marronniers et deux plants de pomme-de-terre (ainsi qu’une nouveauté encore indéterminée mais qui vient aussi du compost…. poivron?aubergine?). Voici la preuve en image:IMG_0524Et en plus il est ÉNORME!! Mais Anne va pouvoir lever les yeux au ciel, car les patates seront bientôt rejointes par des tomates et des… courgettes. J’ai fait des semis, un peu tardifs, mais ce n’est pas très grave. IMG_0534De haut en bas: basilic, courgettes longues de Naples et deux godets de tomates, le tout à partir des excellentes graines Kokopelli.

 

Les travaux et les jours

13 avril 2014 § 2 Commentaires

Pas besoin du haut patronage de Jupiter et des muses de la Piérie pour se lancer dans une journée de jardinage sur le balcon. D’abord retour sur un rempotage effectué il y a quelques jours déjà mais dont je n’avais pas parlé, ou en tout cas pas montré de photo (j’ai la mémoire qui flanche, je ne me souviens plus très bien): le rempotage de l’olivier, à l’agonie dans son pot de pépiniériste. Il est vrai que l’olivier se contente de sols avec peu de terre et beaucoup de caillasse, mais sur un balcon parisien on ne peut pas exiger de lui la même abnégation que sur les collines du Péloponnèse. Le voici donc dans son nouvel habitat, un magnifique pot en terre qui abritait autrefois des plantes grasses qui sont parties dans le jardin d’un ami:

IMG_0403

La photo est mauvaise, mais il faudra vous y faire, pour le moment je n’ai pas encore de quoi me racheter un appareil digne de ce nom avec l’objectif macro de mes rêves.

En parlant de plante grasse, une nouvelle crassula est venue rejoindre la bande du balcon: une crassula Hobbit. J’y peux rien, on me l’a donnée!! Pour l’instant elle est minuscule (non, ce n’est pas une tasse, c’est un petit pot de chambre):

IMG_0408Aujourd’hui j’ai commencé par remonter la dernière plante de la cour, le polygala, qui n’a pas du tout aimé son exil et qui est sacrément déplumé, mais pas mort. Il a même de nouvelles feuilles et une poignée de fleurs:

IMG_0410Pas besoin de rempotage, mais le polygala a eu droit à de l’engrais.

Le vrai travail de la journée a consisté à rempoter le fameux rosier liane (ou grimpant, je dois dire que je ne fais pas bien la différence). Je ne sais pas de quelle variété il s’agit mais on a décidé de lui donner le nom de la mère du copain chez qui on a pris la bouture, pour nous il s’appelle donc Chantal.

Une demi-journée du samedi a été consacrée à aller chercher le pot commandé sur les quai, puis d’énormes sac de terre et des billes d’argile et à faire des yeux de cocker au chauffeur du taxi pour qu’il m’aide à mettre tout ça dans son coffre.

Une autre demi-journée dominicale a été consacrée à la manip elle-même. Le plus dur étant déjà d’extirper la bête de sa jardinière d’origine, qu’elle partageait avec un lierre bouturé lui aussi (et très envahissant). En sortant enfin au bout d’une bonne heure d’effort la motte de terre compacte, j’ai vu que des fourmis avaient transformé cette jardinière en pouponnière tout confort!!!

IMG_0400Les mêmes venaient se goinfrer dans mon compost, mais je n’aurais jamais pu deviner qu’elles avaient élu domicile dans les racines du rosier. Elles ne viendront plus boulotter mon compost… Bref, il a fallu ensuite couper un peu les racines, enlever la vieille terre et les billes d’argile coincée dans le fouillis des racines, et vider les énormes sacs de terre.

Voilà le résultat:

IMG_0407

 

 

Les mutants du balcon

22 juillet 2013 § 10 Commentaires

J’avais déjà évoqué la forme ou la couleur inhabituelles de certaines plantes (comme le rosier « Sourire d’orchidée » par exemple). Là je viens de voir que les roses trémières s’y mettent. Alors que tous les pieds proviennent des mêmes graines récoltées sur le même buisson dans le même jardin, buisson dont les fleurs sont toutes blanches avec de très légers reflets roses, comme ça:

P1050504

 

Eh bien dans mon pot, en plus des roses ci-dessus, j’en ai aussi des roses roses genre tyrien:

P1050503

 

Impossible d’incriminer un quelconque engrais puisque les deux pieds sont dans le même pot. Bizarre quand même!

Sinon c’est la canicule sur le balcon mais tout résiste assez bien, sauf le ginkgo frappé d’un mal mystérieux. J’ai lu plein de choses totalement contradictoires: il pourrait s’agir d’un arrosage trop abondant ou au contraire d’un arrosage trop parcimonieux…. faudrait savoir les gars! Il paraît en tout cas que s’il résiste assez bien aux grands froids, le ginkgo n’aime pas que la température dépasse les 30°… Nous voilà bien! N’empêche, mon polygala qui était mal en point, c’était le manque d’eau. Depuis que je lui en mets davantage il est ravi. Si le ginkgo crevait ce serait affreux.

Une note un peu plus optimiste: les rats volants délaissent mes fraises et la seconde récolte s’annonce pléthorique. Surtout les fraises sont énormes, charnues et très sucrées. Bref, les cons pigeons se sont rués sur les fraises maigrelettes et aigrelettes et ne viennent pas me chiper les bonnes, ce qui est une excellente nouvelle!

P1050508

Balcon d’été

14 juillet 2013 § 10 Commentaires

Ça y est! Ma crise de boulot est derrière moi, ce qui ne veut pas dire que je suis en vacances, mais disons que c’est de nouveau business as usual. Evidemment, maintenant qu’il fait chaud, l’arrosage quotidien est de rigueur et du coup je profite du balcon. Comme les enfants n’étaient pas là cette semaine on y a même dîné tous les soirs. Voici donc quelques nouvelles fraîches.

Tout d’abord je voudrais dissiper la brume d’ignorance qui entourait les fameuses « plantes mystères » qui poussaient dans la jardinière de la lavande papillon. Vous vous souvenez que j’avais affirmé haut et fort que non, jamais de ma vie je n’avais planté quelque graine que ce soit dans ce coin de jardinière et que l’arrivée de cette mini salade était vraiment totalement mystérieuse… héhéhé…. hem. Bon alors en fait… heu… ce sont des scabieuses de toute beauté, plantées par moi avant que je perde la mémoire. J’ai depuis retrouvé le paquet de graines au fond du tiroir de jardinage. Le choc a été salutaire et je me suis souvenu qu’effectivement je les avais mises là en me disant: rien ne pousse ici on verra bien…. voilà voilà… Sans commentaires. La preuve en image:

P1050487En revanche la lavande papillon tire un peu la tronche, elle a jaunit presque entièrement, mais semble heureusement vouloir faire de nouvelles pousses de couleur normale. Sans doute le choc dû à l’apparition soudaine de températures estivales? Un qui fait la tête aussi c’est le Ginkgo, espérons que ce soit pour les mêmes raisons. Lui aussi a l’air de faire des jeunes feuilles normales. je crois qu’il a eu chaud:

P1050492

Si vous avez un avis docte sur la question, c’est le moment de le donner! Même chose pour le polygala, qui avait oublié le concept de soleil… Il est couvert de fleurs, mais il a l’air « fartas » comme disait ma grand-mère.

P1050491

 

Derrière le polygala, on aperçoit les fleurs du laurier rose qui, lui, a très bien négocié le virage thermique, mais sur lequel j’ai découvert un certain nombre de chancres noirâtres. Je ne sais pas trop ce que c’est, mais je sais qu’on en voit souvent sur les lauriers, je les ai coupés sans ménagement:

P1050488

 

Les gauras sont comme des fous, surtout les blancs (mes préférés) dont les tiges atteignent au moins 60cm (les roses 30cm).  Mais d’autres fleurs sont encore là ou viennent d’arriver, comme les œillets, qui survivent à tout d’une humeur égale (je ne peux pas en dire autant d’Armande, qui est trop moche en ce moment et dont le sort ne tient qu’à un fil):

P1050493

Il y a aussi l’abélia, dont je vois bien qu’il se sent très à l’étroit dans son petit pot, mais qui se remet finalement de l’hiver prolongé:

P1050494

 

Il y a aussi les roses trémières, qui vont pas mal fleurir cette année mais qui sont encore en boutons:

P1050490

 

Sinon, côté potager, une jardinière de fraises est attaquée par les araignées rouges… Je ne sais pas quoi faire. Et la deuxième fournée de fraises, qui n’a pas l’air d’intéresser les rats volants, m’a l’air d’assez piètre qualité même si ce jugement à l’emporte pièce est un peu prématuré car elles sont encore vertes.

Je regrette amèrement, surtout quand je vois celles de Solène et de Nathalie, de ne pas avoir planté de tomates cette année. Je me rattraperai l’an prochain!

 

 

 

Où suis-je ?

Entrées taguées polygala sur balconparisien.