Le balcon se met au vert

29 août 2013 § 16 Commentaires

Chaque (presque) fin d’été c’est la même chose, les fleurs ont fait leur temps et je me retrouve avec un balcon verdoyant comme un bocage normand. Cette année, c’est à première vue le cas et quand on regarde le balcon dans son ensemble, on a surtout une impression de verdure:

P1050544

 

L’observateur aguerri aura remarqué tout de suite que le ginkgo se porte comme un charme et a opéré son étrange mue: toutes les feuilles malades sont tombées et ont laissé la place à de jeunes feuilles vertes. Flo a taillé le bout des branches pour qu’il ne se fatigue pas trop à envoyer de la sève trop loin, et là tout va bien. Bizarroïde quand même, mais je suis soulagée.

Le vert est donc omniprésent en ce moment, mais si on regarde dans le détail, il reste quelques petites touches de couleur. Les anémones du Japon sont en fleurs et elles sont magnifiques! Décidément j’adore ces fleurs:

P1050533

P1050534

 

Il y a d’autres vivaces que j’aime de plus en plus, qui se répandent partout sur le balcon et qui explosent de fleurs en ce moment (un peu en retard donc): les gauras. J’en suis folle. Cette année, ils sont particulièrement florifères:

P1050545

 

A ma grande surprise, le rosier « Sourire d’orchidée » a refait des feuilles et des tiges, mais aussi des fleurs: quelques  boutons par-ci par-là, mais c’est rare qu’il se comporte comme un remontant alors qu’il est censé l’être.

P1050540

Il y aussi encore quelques scabieuses noires (ça aussi j’adore), la petite verveine repart en fleurs, deux ou trois cosmos re-semés tout seuls de l’an dernier sont en train de fleurir (dont un énorme dans la jardinière des joncs) et les roses trémières ne sont pas finies. L’abélia est toujours couvert de ses délicates petites fleurs roses pâles et blanches et les fraisiers (qui ont très très peu donné cette année et ont fait des fraises ultra-naines pendant que je n’étais pas là) ressortent des fleurs et quelques fruits verts pour le moment.

Côté cour, le rosier « Camille Pissaro » a un bouton prometteur, mais surtout l’altéa a fait des fleurs en mon absence et sort encore quelques boutons, d’un vert soutenu:

P1050542

 

Dans le pot d’à côté, le dernier pied survivant de pieris japonica reprend du poil de la bête et sort les grappes de fleurs qui vont rester en bouton tout l’hiver et tout le printemps:

P1050543

 

Bref, pour l’instant, avec tout ce vert et toutes ces floraisons en attente, on ne dirait pas que dans trois semaines ce sera l’automne. Le seul détail qui l’annonce c’est les feuilles des grands platanes, qui commencent déjà à tomber. Bientôt il va falloir que je déménage le balcon pour l’installation de l’échafaudage (5 semaines!)… L’occasion de se poser plein de questions, notamment sur conduite à tenir avec la glycine….

 

La tournée d’inspection

12 mai 2013 § 22 Commentaires

Même après cinq jours d’absence, il fallait que je fasse mon tour d’inspection du balcon. Dès mon arrivée, j’ai vu qu’il fallait arroser de toute urgence, alors même qu’apparemment il avait plu. Je suppose que le vent d’ouest assez sec a desséché tous les pots que j’avais pourtant copieusement arrosés avant de partir. Aujourd’hui j’ai fait un tour pour voir ce qui avait relevé la tête et pour vérifier que rien n’avait trop souffert. En réalité, les pigeons sont un pire fléau que la sécheresse et mon géranium Johnson Blue, qui avait manifestement soif hier soir, avait aussi été piétiné sauvagement et ce matin, j’ai bien vu que certaines tiges étaient cassée et n’allait pas s’en remettre vraiment:

P1050324 C’est dommage parce qu’on distingue à gauche, contre le volet, la première fleur de Johnson Blue, tandis que les tiges piétinées pendouillent lamentablement. Les fleurs en bas sont des ancolies qui se sont semées là toutes seules, dans un pot où prospèrent depuis deux ans des gueules de loups, qui ne sont pas encore en fleur. D’autres ancolies sont en fleur un peu partout. Les sœurs de celles-ci (les plus nombreuses sur le balcon) se sont ouvertes au pied de la lavande papillon, et l’ensemble est assez réussi (je précise que je n’ai planté ou semé ni les unes ni les autres:

P1050322

 

J’ai eu la surprise de voir que le pied d’ancolie rose pâle, qui fleurit comme un fou, a sorti aussi une fleur blanche:

P1050321 Dans la jardinière des gauras et des œillets, certaines fleurs commencent aussi à sortir et à faire des taches de rouge vif, les œillets faisant écho aux benoîtes:

P1050326Le rosier « Sourire d’orchidée » s’est couvert d’un seul coup de boutons de fleurs en grappes, qu’on ne voit pas sur la photo qui suit car j’ai cadré comme une patate. Mais on voit en bas à droite la première rose de l’année!

P1050328On voit aussi que les feuilles sont bouffées, non pas par des chenilles, mais par une minuscule guêpe dont j’ai renoncé à me débarrasser. Juste à côté, dans un nouveau pot plus grand, le mini althéa et les bébés lavande se portent comme des charmes et on doublé de volume en l’espace de quelques jours:

P1050329

 

J’ai hâte de voir si ce sera deux pieds de lavande normale ou de lavande papillon…

Enfin côté chambre, l’althéa originel, que j’ai déplacé là quand j’ai rempoté le ginkgo, a l’air parfaitement satisfait et partage désormais sont pot avec un pied de gueule de loup qui a sauté depuis le pot des gueules de loup dont je parlais tout à l’heure. On peut voir de gauche à droite: le pieris japonica en fleur (je vais le tailler dès la floraison terminée), l’érable du Japon (une fenêtre très japonaise, donc), et l’althéa avec, à droite, sa gueule de loup immense et fleurie (au premier plan, le romarin est toujours en fleurs):

P1050320

 

Couleurs naturelles

30 avril 2013 § 8 Commentaires

C’est le grand retour du gris sempiternel, mais le balcon commence néanmoins à retrouver ses couleurs naturelles. J’y suis allée à l’instant pour jeter le pieris japonica mort ainsi que le machin mort également qui végétait depuis des lustres côté chambre (le truc-dont-j’ignore-le-nom qui faisait des feuilles flamboyantes à l’automne et n’avait strictement aucun intérêt le reste de l’année). Cette sale besogne accomplie, je n’ai pas résisté au plaisir de prendre quelques photos des fleurs qui sont sorties ce matin (hier encore, elles étaient en bouton). Tout d’abord la lavande papillon, qui ressort bien, en violet électrique, sur le fond gris de Paris:

P1050252

Sur l’image suivante, on voit bien les espèces de fleurs dans la fleur presque noires, qui font de l’ensemble une sorte de bijou magnifique!

P1050253

Viennent ensuite les jolies petites fleurs roses du géranium macrorrhizum, qui fleurit donc pour la première fois sur ce balcon:

P1050247

P1050250

Le petit musée des horreurs

7 avril 2013 § 18 Commentaires

N’écoutant que mon courage et profitant d’une journée de soleil avant la semaine de pluie qui s’annonce, j’ai fait l’inventaire de tout ce qu’il y avait d’urgent à faire sur le balcon. La liste et longue, mais il fallait avant tout se débarrasser de tous les trucs moches qui végétaient lamentablement depuis la fin de l’hiver 2011-12, dont ils ne s’étaient pas vraiment remis. C’est vraiment à la fin de cet hiver que j’ai compris qu’il n’y avait plus rien à en tirer. Vous allez voir c’est sinistre, un balcon de crise….

P1050141

Dans le premier, il y avait les euphorbes « Diamond frost »…

P1050142Dans celui-là, il y avait des plants de fenouils qui étaient restés nains… c’était la jardinière dans laquelle une seconde fournée de semis de radis avait aussi été frappée de nanisme. Du coup je crois que je vais la javeliser avant de la réutiliser. Mais ce n’est pas tout…

P1050133Là c’était les cléomes « Seniorita blanca ».

P1050140

Et ce pauvre plumeau c’était le magnifique ensemble de fenouil et cosmos.

P1050134Quand à ce pieris japonica chlorosé, il n’y a rien à faire. J’ai eu beau lui filer du fer il est resté jaune. Il est trop laid et déprimant et va donc devoir quitter le balcon (oui, le balcon parisien c’est pire que la pire émission de télé-réalité).

Ce qui (re)pousse III

25 mars 2012 § Poster un commentaire

Parmi les plantes qui ont accepté avec une relative bonne volonté de se geler en janvier/février pour mieux repousser en mars, je signale aussi les deux pieds de pieris japonica, qui sont couverts de grappes de fleurs pourpre à faire pâlir un cardinal:

Le lecteur attentif aura remarqué que les feuilles sont passablement chlorosées. C’est vrai pour un pied mais pas pour l’autre et cette jaunisse est donc un mystère. Même exposition, même nourriture, même taille de pot…. Je vais tenter de lui mettre un peu de sulfate de fer.

Au pied de la glycine, sortant la tête du lit d’épluchures, les géraniums Johnson Blue sont déjà là. Les fleurs viendront plus tard mais visiblement le froid ne leur a rien fait. Il faut dire qu’ils ont donc passé l’hiver sous une bonne couche de carotte, poire, pomme, coquille d’œuf, marc de café, poireau et chou.

Pas de chlorose chez ces géraniums!

J’avais de gros doutes pour d’autres plantes, que je pensais plus fragiles ou plus exposées, notamment parce qu’elles étaient dans des pots plus petits ou dans un endroit moins ensoleillé. Finalement, les benoîtes, qui portent très bien leur nom, vont mériter un bon rempotage:

On aperçoit à gauche une amande laissée là par une corneille ou par un crétin de pigeon ramier. Je ne pense pas qu’elle donnera quelque chose. Je reparlerai dans quelque temps de l’amandier qui avait poussé l’an passé dans mes fraisiers et que j’ai rempoté délicatement la semaine dernière (je croise les doigts car j’en ai déjà fait crever un comme ça…. c’est pas ma faute si j’oublie de les déplacer à l’automne et si je suis ensuite obligée de le faire au moment où ça leur convient le moins!).

La plus grosse surprise est venue de l’hortensia soi-disant de l’Himalaya, que je pensais déjà en fin de vie avant même la vague de froid. Taillé à ras par souci esthétique plus que thérapeutique, le voilà qui repart:

Et enfin, en tout cas pour aujourd’hui, les gueules de loup dont je ne sais jamais si elles repartent du pied ou si elles se ressèment d’une année sur l’autre:

Où suis-je ?

Entrées taguées pieris japonica sur balconparisien.