Un balcon en forêt

4 juin 2016 § 4 Commentaires

Avant de vous montrer plus longuement tout ce qui fleurit en ce moment malgré le temps, voici quelques vues du balcon depuis l’intérieur. En ce moment c’est tellement vert qu’on se croirait en Normandie!

IMG_3333

A droite, l’abélia, que j’ai changé de pot au moment où j’ai délocalisé le ginkgo, se développe comme un fou. Vivement qu’il se couvre de fleurs! Sur cette fenêtre à part les gauras, il faudra attendre un peu pour avoir des fleurs. A gauche (on ne la voit pas sur la photo car elle planquée derrière le mur), la cytise a finit de fleurir (tout en jaune!) mais cette année elle était vraiment magnifique.

IMG_3332

Fenêtre du milieu, on voit l’amandier encadré par le rosier « Iceberg » et le rosier « Paul Cézanne », ce dernier commençant tout juste sa floraison. Au-dessus de l’amandier, la jardinière de géraniums « Espresso » est magnifique. J’ai bien veillé cette année à ce qu’aucun cosmos ne pousse pour que les géranium puissent se développer, et je ne suis pas déçue.

IMG_3335

La troisième fenêtre est celle des framboisiers, couverts de framboises encore totalement vertes. Au premier plan, le géranium macrorrhizum a fait beaucoup de belles feuilles mais pour l’instant je ne vois pas l’ombre d’une fleur. Dans le même pot, un polygala s’est semé tout seul et je l’ai ratiboisé un peu sauvagement au début du printemps. Dès qu’il fera un peu chaud il reprendra du poil de la bête. Pas encore en fleur, les roses trémières et la clématite « Cézanne » se camouflent encore dans tout ce vert.

Enfin le balcon vu de la quatrième fenêtre:

IMG_3336

Les hauts et les bas

27 avril 2015 § 6 Commentaires

Si j’en juge par les glycines de mes copines de blog et de mes copains à jardins, et si je vois ce qu’a donné la mienne cette année, je pense que l’on peut sereinement affirmer que 2015 est l’année de la glycine. La mienne a sorti des fleurs absolument partout, comme d’habitude cette floraison n’aura duré qu’un peu moins de trois semaines (je compte à partir de l’apparition des premières taches mauves), mais les bourdons et les abeilles ne s’y sont pas trompés: un grand cru! Voici quelques photos de son évolution, les plus sombres prises au soleil couchant (difficile d’être là pile au bon moment!):IMG_1962

IMG_1971

IMG_1976 La plupart des grappes sont maintenant fanées, les feuilles ont pris le dessus, mais je suis ravie de cette floraison incroyable. La voici aujourd’hui, il est arrivée qu’elle fleurisse deux fois alors je croise les doigts:IMG_2004

Voyant qu’elle mettait de la couleur sur un balcon encore globalement en hiver, d’autres se sont décidées à fleurir aussi, dans les mêmes teintes, parce que sur le balcon parisien tout est bien évidemment orchestré de main de maître et on ne fleurit pas comme ça dans le désordre! La lavande papillon (aka Lavande « Lapin ») connaît aussi cette année une année faste:IMG_1984

Et le polygala, qui l’an dernier avait fait des petits dans un pot où poussait tranquillement un pied de géranium macrorrhizum, a sorti partout les premières fleurs du balcon (avant même la glycine):IMG_1986D’ailleurs le géranium vient de lui emboîter le pas et de sortir ses premières fleurs lui aussi:IMG_1998 Et toujours dans des tons similaires, les géranium vivace (« Espresso ») que je croyais morts mais qui sont bien vivants et sont eux aussi en fleurs: feuillage magnifiquement sombre et petites fleurs mauve pâle, je suis bien contente que le printemps ait été pour eux une vraie renaissance (on notera au passage les cosmos « Candy » qui ont décidé de squatter):IMG_2002Le balcon compte également d’autres sorties d’hiver plus discrètes mais tout aussi encourageantes, comme celle de l’euphorbe « Petit Cyprès », ou comme celle du marronnier que j’ai transplanté récemment dans un pot rien qu’à lui (souvenez-vous, il avait poussé au pied de la glycine):

IMG_1960

IMG_1966

 

Hélas, tout ne respire pas la bonne santé et le printemps sur le balcon parisien. Comme je l’avais laissé entendre, mes plantations de tulipes ont été un échec retentissant: RIEN n’a fleuri, alors qu’elles ont bénéficié de conditions tout à fait normales. Tout allait bien et puis tout c’est arrêté brutalement sans explication. Je suis très déçue. Est-ce que ça tient aux bulbes? au fait que je les ai mis en terre un peu tardivement? On verra bien l’an prochain, mais cette année ça a donc ressemblé à ça: la première photo les montre au summum de la pousse, la seconde les montre aujourd’hui…IMG_1968

IMG_1997

Autre fiasco encore plus étrange, le ginkgo biloba, qui a sorti des feuilles…. naines! Rien à faire, j’ai d’abord cru qu’elles allaient se développer, et puis finalement non, à moins d’un miracle elles vont rester comme ça. Une fois de plus, aucune explication, mais ça fait déjà un moment que ce ginkgo se comporte bizarrement sans que j’arrive à comprendre, même après avoir interrogé les spécialistes les plus pointus:IMG_2003Et je précise que les feuilles ci-dessus sont parmi les plus grandes!

Et sinon, le grand gag 2015 sur le balcon parisien, et toujours au chapitre de la malédiction des plantes à problèmes, une amie m’a offert… une clématite « Armandii »!!! Alors que je m’étais courageusement débarrassée de la précédente, on va voir si j’arrive à dompter celle-ci. Pour l’instant elle a l’air normale (la photo a été prise il y a quinze jours), mais je ne l’ai pas encore rempotée:IMG_1952

 

 

 

Patates de Noël

28 décembre 2014 § 4 Commentaires

Cette nuit, pour la première fois, l’eau a gelé dans les soucoupes, le reste de champagne a presque gelé dans sa bouteille! Comme une imbécile je n’avais pas purgé le robinet du balcon; c’est chose faite, mais heureusement que le balcon parisien est plein sud! Comme il fait froid, j’ai décidé de déterrer mon dernier plan de patate. Je pense que c’est un pied qui s’est développé tardivement à partir d’une petite pomme-de-terre qui m’avait échappé à la première récolte. Cette fois-ci il y en avait trois, minuscules: pas vraiment de quoi faire un gratin dauphinois! J’ai donc décidé de les remettre en terre, mais pas au pied de la glycine, dans le bac-sac, vide depuis la mort prématurée des courgettes.IMG_1624

 

IMG_1625

Malgré le froid et malgré une matinée plutôt moche,  il faisait un temps magnifique aujourd’hui, je me suis donc activée sur le balcon en profitant du soleil. J’ai vidé le pot du basilic et j’ai replanté dedans le géranium macrorrhizum et le polygala qui avait colonisé le pot du macrorrhizum. Les deux étaient très à l’étroit, il était temps! J’ai aussi vidé deux jardinières, mais d’autres attendent leur tour. Ce n’est pas le meilleur moment car après les pluies que nous avons eu à Paris la terre est gorgée d’eau, tout est très lourd et on en met partout! En même temps si j’attends que ça sèche je risque d’attendre longtemps. Demain je vais aller acheter des sacs poubelles ultra-résistants et continuer mon œuvre. Mes gants de jardinage m’ont lâchée, et ça aussi ça tombe mal car le Père Noël est déjà passé…

Pendant tout le temps que je me suis activée sur le balcon  j’ai observé le ballet des mésanges, charbonnières et bleues, qui viennent se ravitailler dans la mangeoire. Du coup j’ai commandé des graines et des vers de farine séchés sur un site conseillé par ma mère et j’envisage d’investir dans une nouvelle mangeoire. D’autant que les graines sont aussi convoitées par un merle. J’ai une petite soucoupe d’eau pas loin, dans laquelle elles sont contentes de venir boire; elle était gelée ce matin, mais plein sud elle a vite dégelé, il faut que je pense à la remplir pour mes pensionnaires quand elle sera à sec.

Le pot aux roses

21 mai 2014 § 27 Commentaires

Malgré les montagnes russes météorologiques auxquelles le balcon parisien se trouve soumis en ce moment (ouikenne estival, semaine moche), tout pousse et en ce moment le balcon est rose. La clématite Cézanne (bleue) est en train de se faner, le géranium Johnson Blue (bleu aussi, comme son nom l’indique) a été sauvagement piétiné par des ramiers (don’t step on my blue suede géranium!) et se remet doucement de ses émotions avant de sortir d’autres fleurs. Le rose a donc pris la place du bleu (la lavande papillon (je préfère l’appeler lavande lapin) qui est entre le bleu et le rose, sert d’arbitre).

Le polygala, totalement remis de son séjour dans la cour de l’immeuble sort fleurs sur fleurs:IMG_0560Le géranium macrorrhizum, qui avait été le premier à fleurir, continue sur sa lancée avec en prime quelques feuilles qui rougissent un peu sous l’effet des changements de température:

IMG_0562Il est désormais suivi par les nouveaux géraniums vivaces plantés il y a quelques semaines. Enfin, pour l’instant une seule variété est en fleur: le maculatum Espresso… Je l’adore!

IMG_0569Côté rosiers, le sourire d’orchidée est en fin de floraison. Très abondante cette année, je vais voir si après une bonne taille j’aurai droit à une deuxième salve. Sur la fin, certains bouquets ont pris une légère teinte saumonée avant d’éclaircir: magnifique!IMG_0577

Dans un grand pot pas loin, le rosier « Chantal » (il faudrait que je trouve son vrai nom quand même), s’en donne à cœur joie, manifestement très à l’aise dans sa nouvelle maison:IMG_0571 Et pour finir, les framboises sont aussi de sortie. Les nouvelles rouges sont encore vertes, mais les traditionnelles jaunes commencent à mûrir et je crois même que je vais pouvoir manger les deux premières demain! Cette date n’est en rien exceptionnelle, car en 2011, j’avais noté sur mon carnet de cueillette que j’avais ramassé les premières fraises le 3 mai et les premières framboises le 10 mai. Les premières framboises n’étaient sorties que le 3 juin en 2012 et le 14 juin l’année dernière.IMG_0565

 

 

Entre deux giboulées de mai!

11 mai 2014 § 17 Commentaires

Pas facile de faire un reportage photo sur le balcon, dès que le soleil pointe son nez il est suivi dans la seconde par des pluies torrentielles qui s’en vont au bout de dix minutes… et tout recommence. Bref. Pas facile non plus de prendre des photos quand on tousse, mais il y a quand même du nouveau depuis le dernier article. Pas mal de fleurs sont sorties. Le rosier « sourire d’orchidée » est couvert de roses qui baissent un peu la tête: les fleurs sont fragiles et n’aiment ni les rafales de vent ni les litres de pluies. Mais surtout le petit  géranium « Johnson Blue » commence à sortir des fleurs.IMG_0522Je suis rassurée car j’avais un peu peur pour lui. Il a dû pâtir un peu des travaux puisqu’il se trouve dans la poubelle noire de la glycine: il a reçu du plâtre, des gravats, du mortier, des bouts de trucs et de machins et ensuite il a été enseveli sous du compost et du terreau. Mais le voilà de retour! Il a d’ailleurs fait un petit dans le pot du ginkgo. Un autre géranium, le macrorrhizum, commence à sortir ses délicieuses petites fleurs roses. En l’admirant je me suis rendu compte qu’il partageait désormais son pot avec trois bébés polygala et un mini cosmos, issu d’une graine de candy. Du coup je suis allée saupoudrer certains pots de graines de cosmos récupérées de l’an dernier: on verra bien.IMG_0551Les œillets sont aussi en fleurs. Très difficiles à photographier car leur rouge vif affole les appareils photos numériques, mais toujours aussi jolis. Ils tiennent compagnie aux benoîtes qui ont survécu dans cette jardinière.

IMG_0530

IMG_0532D’autres fleurs, plus petites et moins spectaculaires font aussi leur rentrée sur le balcon. Les fleurs d’olivier notamment. Il y en a tellement cette année que si toutes donnaient une olive je pourrais me faire un beau bocal d’olives noires!IMG_0540

Il y a aussi l’euphorbe « petit cyprès », qui est encore jeune mais sort timidement quelques fleurs vert-jaune:IMG_0541

Et sinon, j’avais promis une photo du nouveau champ de patates du balcon parisien. Mais d’abord, pourquoi des patates? Je vois d’ici Anne lever les yeux au ciel et pourtant il ne s’agit pas de ma dernière lubie (même si ça pourrait). Une fois de plus je n’y suis pour rien et c’est le côté « arche de Noé » de ce balcon qui est seul responsable. D’où viennent donc ces deux pieds de patates (je suis désolée, mais deux pieds de patates, à l’échelle d’un balcon parisien, c’est carrément un champ)? Du compost bien sûr. Dans un moment d’inattention, j’ai dû laisser passer au compost des épluchures de pommes de terre. En général j’évite les épluchures de patates parce que je sais que le moindre fragment peut donner naissance à un plant… Voilà comment la poubelle noire de la glycine abrite donc, outre la glycine et le géranium, deux marronniers et deux plants de pomme-de-terre (ainsi qu’une nouveauté encore indéterminée mais qui vient aussi du compost…. poivron?aubergine?). Voici la preuve en image:IMG_0524Et en plus il est ÉNORME!! Mais Anne va pouvoir lever les yeux au ciel, car les patates seront bientôt rejointes par des tomates et des… courgettes. J’ai fait des semis, un peu tardifs, mais ce n’est pas très grave. IMG_0534De haut en bas: basilic, courgettes longues de Naples et deux godets de tomates, le tout à partir des excellentes graines Kokopelli.

 

Les graines

2 juin 2013 § 13 Commentaires

Ce matin, je me suis aperçue (malgré le soleil aveuglant, si si, promis juré) que le géranium macrorrhizum avait commencé à ouvrir ses boîtes à graines, un peu sur le même principe que les pensées, sauf qu’il a eu l’idée de doter ses graines d’une sorte de longue queue. Bref, n’écoutant que ma vocation de documentariste du biotope balconnier, je suis rentrée chercher mon appareil photo et voici la boîte à graines:

P1050392Sur cette image la plupart des graines sont parties sauf une ou deux (une en bas à gauche, ça c’est sûr, pour la deuxième j’hésite plus). J’ai malheureusement trop de travail pour rester en planque en attendant de capturer le moment de l’ouverture. Sur la photo qui suit on ne sait pas trop si la mission a été arrêtée en cours de route où si les graines ont refusé de partir, où si elles attendent que quelqu’un vienne les chercher. La boîte m’a l’air un peu flétrie et celle d’en dessous encore pire. En tout cas, pour une raison ou une autre, les graines ont l’air de s’accrocher:

P1050393

 

Soleil noir

26 mai 2013 § 12 Commentaires

Comme en ce moment c’est la pleine lune, je me suis rendu compte qu’il faisait atrocement moche dans la journée (hier, je me suis pris un orage de grêle en remontant avec mes courses), mais qu’il faisait un temps magnifique… la nuit. j’ai donc décidé que je ne photographierai plus le balcon que de nuit, parce que le soleil le plus crédible en ce moment, c’est encore la lune :

P1050378

Bon, finalement non. Entre deux averses le soleil arrive à se montrer tout de même un peu et à chaque fois on fait semblant de croire que l’été arrive. Tout suit son cours sur le balcon au gré des caprices du temps: (soleil/pluie/vent/soleil/grêle/gris) mais j’ai quand même remarqué deux choses ce matin. Premièrement, l’espèce de plante mystérieuse qui est arrivée toute seule dans la jardinière des gauras/euphorbes/gazon espagnol/ancolies a tout l’air de faire des fleurs… ça va peut-être permettre une identification, mais en même temps je n’ai jamais vraiment vu l’équivalent ailleurs. D’aspect général elle ressemble à un genêt; les fleurs (car je suppose que ce sont les fleurs) poussent comme des petites touffes minuscules le long des tiges. C’est très difficile de montrer ça sur une photo, mais si on regarde bien on voit des petits balais jaunâtres à certains endroits: les fleurs.

P1050384

Bizarre ou pas?? sans rire. Deuxièmement, si je n’ai toujours pas vu le moment où le macrorrhizum lançait ses graines, j’ai immortalisé le moment où les pensées lâchaient les leurs. On ne peut pas parler de propulsion, mais à un moment, le conteneur à graine s’ouvre en trois comme une banane. J’imagine qu’une fois les graines un peu plus sèches, elles se détachent du support pour voler un peu partout. Il faut croire que ça marche puisque les pensées font partie des plantes qui voyagent le plus facilement d’un endroit à l’autre du balcon:

P1050385

Où suis-je ?

Entrées taguées géranium macrorrhizum sur balconparisien.