Le Darwinisme balconnier

26 juillet 2016 § 5 Commentaires

Comme c’est l’été, le balcon a droit au retour des pigeons amoureux. Dit comme ça on n’imagine pas ce que ça signifie au quotidien. Il y a d’abord la période où ne les voit pas trop mais où on les entend roucouler à toute heure, de préférence dans la courette qui fait caisse de résonance et pour laquelle ils ont manifestement une affection particulière. Ensuite vient le temps où on ne les entend plus, mais où ils attaquent le balcon en quête d’un endroit pour nidifier. C’est la période la plus pénible car, les pigeons n’ayant aucun goût pour le jardinage et aucun respect pour le travail méticuleux du jardinier, ils piétinent sauvagement les fleurettes pour y mettre leurs fesses.

Cette année, la tradition est respectée et l’autre jour une pigeonne idiote est venue piétiner sauvagement mes magnifiques géraniums « Espresso », l’année même où ils n’ont jamais été aussi beaux! On voit moins l’ampleur des dégâts sur cette photo prise ce matin, mais tout était aplati à plusieurs endroit et, animée par un esprit de vengeance bien naturel, il a fallu que toute la journée je déloge l’intruse en plantant des baguettes coiffées de papier alu… si bien qu’à la fin il y avait plus d’aluminium que de géranium dans cette jardinière! IMG_3445

Je n’ai pas compris tout de suite ce qui motivait l’extraordinaire pugnacité de la bestiole, qui s’acharnait à revenir dès que j’avais le dos tourné, sans pour autant apporter la moindre branchette. Je n’ai compris qu’en fin d’après midi que cette écervelée se souciait un peu tard de trouver l’emplacement de ses rêves. Empêchée de s’installer dans mes géraniums elle est allée se poser dans la jardinière d’à côté, dans laquelle des Nemesias Sunsatia blancs plantés en mai achèvent de mourir tristement (un mauvais investissement, j’y reviendrai bientôt). N’écoutant que mon courage, je me rue sur la pigeonne qui s’envole à tire d’aile pour ne plus revenir. Victoire!

Hélas… C’est parce qu’elle était prise par l’urgence d’une ponte imminente que la malheureuse voulait à tout prix s’installer chez moi, sans même prendre le temps de faire un vrai nid. Depuis une dizaine de jours, j’avais bien remarqué au pied des platanes de ma rue les branchettes qui signalent les nids en construction (branchettes que les pigeons maladroits font tomber de leur bec). Pour une raison ou une autre, elle n’avait pas de nid et avait donc paré au plus pressé: trouver un endroit et pondre. Chassée des géraniums elle s’était donc rabattue sur les nemesias pelés et secs et avait pondu son œuf en plein soleil.IMG_3431

Quand je l’ai chassée de cet ultime refuge, elle a abandonné son œuf, que je n’ai pas vu tout de suite. Elle n’est jamais revenue et l’œuf a donc cuit en plein soleil pendant plusieurs heures! Il est resté là plusieurs jours et hier il a été emporté ou balancé par dessus bord par un autre oiseau: disparu!

Cette pigeonne un peu cruche ne pourra donc pas se reproduire cette fois-ci. Peut-être avait-elle fait un nid dans un autre endroit mal choisi dont elle avait été chassée? En tout cas, en choisissant aussi mal ses lieux de ponte elle va avoir du mal à perpétuer l’espèce. La balcon parisien illustre ainsi pédagogiquement le principe de la sélection naturelle!

Un balcon en forêt

4 juin 2016 § 4 Commentaires

Avant de vous montrer plus longuement tout ce qui fleurit en ce moment malgré le temps, voici quelques vues du balcon depuis l’intérieur. En ce moment c’est tellement vert qu’on se croirait en Normandie!

IMG_3333

A droite, l’abélia, que j’ai changé de pot au moment où j’ai délocalisé le ginkgo, se développe comme un fou. Vivement qu’il se couvre de fleurs! Sur cette fenêtre à part les gauras, il faudra attendre un peu pour avoir des fleurs. A gauche (on ne la voit pas sur la photo car elle planquée derrière le mur), la cytise a finit de fleurir (tout en jaune!) mais cette année elle était vraiment magnifique.

IMG_3332

Fenêtre du milieu, on voit l’amandier encadré par le rosier « Iceberg » et le rosier « Paul Cézanne », ce dernier commençant tout juste sa floraison. Au-dessus de l’amandier, la jardinière de géraniums « Espresso » est magnifique. J’ai bien veillé cette année à ce qu’aucun cosmos ne pousse pour que les géranium puissent se développer, et je ne suis pas déçue.

IMG_3335

La troisième fenêtre est celle des framboisiers, couverts de framboises encore totalement vertes. Au premier plan, le géranium macrorrhizum a fait beaucoup de belles feuilles mais pour l’instant je ne vois pas l’ombre d’une fleur. Dans le même pot, un polygala s’est semé tout seul et je l’ai ratiboisé un peu sauvagement au début du printemps. Dès qu’il fera un peu chaud il reprendra du poil de la bête. Pas encore en fleur, les roses trémières et la clématite « Cézanne » se camouflent encore dans tout ce vert.

Enfin le balcon vu de la quatrième fenêtre:

IMG_3336

La saison des roses

17 mai 2015 § 8 Commentaires

Ça y est je crois que la saison des roses est officiellement ouverte sur le balcon parisien, avec un certain retard mais beaucoup de chenilles mangeuses de feuilles!!!

À tout seigneur tout honneur, la primeur revient toujours au « Sourire d’orchidée » et à ses roses merveilleuses malgré les multiples maladies dues à son âge vénérable et à sa captivité en pot (il est prévu de le planter en Bretagne, en espérant qu’il aime le sel).IMG_2101 Autre merveille, le rosier « Iceberg », qui est couvert de roses blanches et qui va fleurir pendant assez longtemps:IMG_2092 Enfin le rosier « Paul Cézanne » qui ne se remet pas d’avoir un pot si grand où égayer ses racines et qui bat des records de floraison. Il est le seul à n’avoir aucune maladie et à ne pas se faire manger ses feuilles, alors que du temps où il était sur la fenêtre de la cuisine, il se faisait transformer en squelette en moins de deux!IMG_2119

IMG_2122

Le seul de mes rosiers à n’avoir pour l’instant aucune fleur (mais quelques boutons), c’est le rosier « Super Fairy » (aka « Chantal »), qui se porte très bien sans sa meute d’épeires diadème, mais qui fleurit toujours en retard par rapport aux autres.

La clématite « Cézanne » a sorti un nombre incroyable de fleurs. Après les trois premières, très grandes mais totalement délavées, les suivantes se sont révélées plus petites mais avec leur couleur normale. Je ne me souviens plus si elle fleurit toujours avec ce bi-chromisme bizarre…Sa fille a reçu elle aussi un plus grand pot et s’accroche dans le « Sourire d’orchidée », mais je crois qu’elle fleurira elle aussi plus tard.IMG_2075

Sinon, pour prolonger mon exposé précédent sur les plantes qu’on plante et celle qui se plantent toute seules, je viens de repérer un nouveau venu. Il a dû fleurir ce matin parce qu’avec sa couleur rouge je ne risquais pas de le manquer, un joli coquelicot:IMG_2120Il a poussé au pied de l’olivier (couvert de fleurs) et il a pour compagnon un cosmos « Candy » pour l’instant un peu timide, surtout si on le compare aux mammouths qui ont poussé tout seuls avec les géraniums « Espresso », des tiges grosses comme des asperges!IMG_2126

Pour finir un petit aperçu de la bouture de jasmin que ma belle-mère m’a donnée à l’automne dernier:

IMG_2065

 

Les hauts et les bas

27 avril 2015 § 6 Commentaires

Si j’en juge par les glycines de mes copines de blog et de mes copains à jardins, et si je vois ce qu’a donné la mienne cette année, je pense que l’on peut sereinement affirmer que 2015 est l’année de la glycine. La mienne a sorti des fleurs absolument partout, comme d’habitude cette floraison n’aura duré qu’un peu moins de trois semaines (je compte à partir de l’apparition des premières taches mauves), mais les bourdons et les abeilles ne s’y sont pas trompés: un grand cru! Voici quelques photos de son évolution, les plus sombres prises au soleil couchant (difficile d’être là pile au bon moment!):IMG_1962

IMG_1971

IMG_1976 La plupart des grappes sont maintenant fanées, les feuilles ont pris le dessus, mais je suis ravie de cette floraison incroyable. La voici aujourd’hui, il est arrivée qu’elle fleurisse deux fois alors je croise les doigts:IMG_2004

Voyant qu’elle mettait de la couleur sur un balcon encore globalement en hiver, d’autres se sont décidées à fleurir aussi, dans les mêmes teintes, parce que sur le balcon parisien tout est bien évidemment orchestré de main de maître et on ne fleurit pas comme ça dans le désordre! La lavande papillon (aka Lavande « Lapin ») connaît aussi cette année une année faste:IMG_1984

Et le polygala, qui l’an dernier avait fait des petits dans un pot où poussait tranquillement un pied de géranium macrorrhizum, a sorti partout les premières fleurs du balcon (avant même la glycine):IMG_1986D’ailleurs le géranium vient de lui emboîter le pas et de sortir ses premières fleurs lui aussi:IMG_1998 Et toujours dans des tons similaires, les géranium vivace (« Espresso ») que je croyais morts mais qui sont bien vivants et sont eux aussi en fleurs: feuillage magnifiquement sombre et petites fleurs mauve pâle, je suis bien contente que le printemps ait été pour eux une vraie renaissance (on notera au passage les cosmos « Candy » qui ont décidé de squatter):IMG_2002Le balcon compte également d’autres sorties d’hiver plus discrètes mais tout aussi encourageantes, comme celle de l’euphorbe « Petit Cyprès », ou comme celle du marronnier que j’ai transplanté récemment dans un pot rien qu’à lui (souvenez-vous, il avait poussé au pied de la glycine):

IMG_1960

IMG_1966

 

Hélas, tout ne respire pas la bonne santé et le printemps sur le balcon parisien. Comme je l’avais laissé entendre, mes plantations de tulipes ont été un échec retentissant: RIEN n’a fleuri, alors qu’elles ont bénéficié de conditions tout à fait normales. Tout allait bien et puis tout c’est arrêté brutalement sans explication. Je suis très déçue. Est-ce que ça tient aux bulbes? au fait que je les ai mis en terre un peu tardivement? On verra bien l’an prochain, mais cette année ça a donc ressemblé à ça: la première photo les montre au summum de la pousse, la seconde les montre aujourd’hui…IMG_1968

IMG_1997

Autre fiasco encore plus étrange, le ginkgo biloba, qui a sorti des feuilles…. naines! Rien à faire, j’ai d’abord cru qu’elles allaient se développer, et puis finalement non, à moins d’un miracle elles vont rester comme ça. Une fois de plus, aucune explication, mais ça fait déjà un moment que ce ginkgo se comporte bizarrement sans que j’arrive à comprendre, même après avoir interrogé les spécialistes les plus pointus:IMG_2003Et je précise que les feuilles ci-dessus sont parmi les plus grandes!

Et sinon, le grand gag 2015 sur le balcon parisien, et toujours au chapitre de la malédiction des plantes à problèmes, une amie m’a offert… une clématite « Armandii »!!! Alors que je m’étais courageusement débarrassée de la précédente, on va voir si j’arrive à dompter celle-ci. Pour l’instant elle a l’air normale (la photo a été prise il y a quinze jours), mais je ne l’ai pas encore rempotée:IMG_1952

 

 

 

Mars qui rit malgré les averses

14 mars 2015 § 6 Commentaires

Vous avez bien fait d’épargner mon vieux rosier, car entre samedi dernier et aujourd’hui son feuillage s’est encore étoffé au point que je finis par croire pour de bon qu’il va renaître, alors que Pâques approchant sa résurrection miraculeuse ne devrait finalement guère m’étonner. Du côté des tulipes, maintenant que le feuillage est bien sorti on voit pointer les boutons de fleurs, lovés au creux des feuilles, et c’est très beau:IMG_1905 Encore un peu de patience pour enfin voir le résultat. Après tout c’est encore l’hiver et d’ailleurs ça caillait un peu sur le balcon cet après-midi, même au soleil. Question résurrection miraculeuse j’ai eu une belle surprise: je me suis attaquée à la jardinière qui avait contenu d’une part trop de cosmos et d’autre part trois pieds de géraniums vivaces « Espresso » qui avaient dépéri très rapidement après avoir été plantés et n’avaient donc jamais fleuri ni même sorti une feuille. De tous mes achats, seuls le « Lilac Ice » et les deux « Dusky crug » avaient survécu et bien fleuri. Je m’étais fait une raison et ne m’en prenais qu’à moi-même. Tout à l’heure, mue par une énergie printanière, je décide de vider cette jardinière ratée et mon œil est attiré par de minuscules taches roses. Les trois pieds sont vivants et ressortent de terre! IMG_1898 Je les ai donc déterrés avec le plus grand soin et déplacés dans la jardinière récemment libérée de ses fenouils moribonds, avec une bonne poignée d’engrais et de la belle terre toute neuve. Il faudra aussi que je déplace les deux pieds de « Dusky Crug » qui sont un peu étouffés par les gauras: mon boulot de demain.

Je vous avais dit que la glycine allait être couverte de fleurs, cette année va sans nul doute être exceptionnelle car elle en a littéralement partout et ils grossissent à vue d’œil:IMG_1903

 

Les autres rosiers du balcon se réveillent aussi, comme le rosier « Paul Cézanne », qui sort des pousses rouge-orangées un peu partout, ou le rosier « Super Fairy » (aka Chantal), couvert quant à lui d’une multitude de pousses vertes:IMG_1902

IMG_1909

Vous remarquerez que je ne l’ai quasiment pas taillé et que j’ai emberlificoté ses très longues tiges en boucles sur les tuteurs. Je ne sais pas si j’ai eu tort ou raison, sur le coup ça m’a paru une bonne idée (et la vérité c’est que je ne sais pas si ça se taille un rosier liane, alors j’improvise)… l’avenir me donnera tort ou raison.

J’ai aussi été voir où en était mon grand pot à compost. Une splendeur! je l’ai bien mélangé à la main et j’en ai mis une partie au pied de « Sourire d’orchidée ». Je me suis rendu compte u’il contenait des vers comme des vers de terre mais minuscules: je suis ravie! Ils gigotent d’aise dans leur nouvelle demeure… J’ai laissé un tiers du compost dans le pot, il servira de terre d’accueil aux épluchures à venir.

J’ai aussi remis de l’engrais aux framboisiers. Le framboisier jaune repart déjà comme un fou:IMG_1907 On ne peut pas en dire autant de son comparse rouge, qui a l’air plus ou moins mort. Mais comme ce balcon semble se caractériser par une forme de vie éternelle, j’attends quand même avant de placer le cadavre dans un sac. Pour preuve de ma bonne foi je lui ai même mis de l’engrais!

Le balcon du dimanche

2 juin 2014 § 28 Commentaires

Hier je me suis donc activée sous la grisaille et j’ai remarqué que malgré quelques feuilles chlorosées par-ci par-là, et malgré l’absence de soleil, les couleurs étaient finalement au rendez-vous… Les bestioles aussi. Outre les abeilles citées précédemment, le balcon accueille de nouveau un bataillon de coccinelles. Cette année, je n’avais vu aucune larve et je n’avais pas trouvé non plus de coccinelle en hibernation en faisant le nettoyage des jardinières. De nouvelles recrues viennent donc d’arriver et de se lancer sur mes plantes dans une frénésie reproductive qui les laisse ensuite totalement épuisées. Elles affectionnent particulièrement le géranium « espresso », qui fait ressortir leurs couleurs. Elles ont eu le bon goût de s’assortir aux framboises, il y en a des rouges et des jaunes:IMG_0613

IMG_0632

 

Dans la série des couleurs primaires, le laurier rose, qui n’a de rose que le nom, est couvert de boutons rouges brillants:IMG_0623

L’euphorbe « petit cyprès » a opté pour le monochromatisme:IMG_0627Quant à « Chantal » (aka Super Fairy), il est d’un rose profond qui tranche avec le vert immonde des pucerons qui le squattent:IMG_0634

A propos de rosier, j’ai d’ailleurs dû accrocher ses longues tiges aux tuteurs que j’avais installés au moment du rempotage, voilà ce que ça donne, au premier plan:

IMG_0644Au fond, vous aurez reconnu l’absence de « Sourire d’orchidée » ratiboisé pour son bien et dont il ne reste que quelques pauvres branches et une ou deux roses attardées… un grand vide!IMG_0640

Evidemment, par comparaison, l’autre côté du balcon ressemble à la jungle de Bornéo: IMG_0646 Pour Linda: à droite de l’olivier, dans la jardinière, les scabieuses noires ne vont pas tarder à fleurir… elles préparent activement leurs boutons de fleur.

Où suis-je ?

Entrées taguées géranium « espresso » sur balconparisien.