On tient le bon bout!

7 avril 2014 § 16 Commentaires

Bon, après des semaines de retard, après une saleté de coqueluche qui m’a empêchée de tripatouiller dans le terreau, après une bref retour du froid que mon rosier « Sourire d’orchidée » n’a pas aimé du tout, après un gros colloque, après des tonnes de copies à corriger, après des heures passées à acheter de la terre et des pots… et après avoir cassé mon Lumix adoré, je peux enfin donner quelques nouvelles fraîches.

Sur le balcon, c’est un peu les douze travaux d’Hercule en ce moment. Tout est à l’étroit, tout cherche à pousser: je dépote, rempote, jette. J’ai donc rempoté l’abélia, qui a frôlé la mort par asphyxie dans son petit pot riquiqui.IMG_0392

Du coup j’ai donné son ex-pot à l’amandier et à son frère de sang le fraisier, qui se sont considérablement remplumés depuis la dernière photo:IMG_0394 J’avoue qu’avec tout ce feuillage on a du mal à savoir qui est qui, car la glycine qui a fini sa floraison (toujours plus courte sur le balcon plein sud battu par les vents) et sort désormais son feuillage bronze. Avant ça elle a quand même fait de belles grappes de fleurs (la photo ne leur rend pas justice, mais le soleil était déjà couché et faute d’appareil photo je suis obligée de recourir à un iPod qui n’est pas l’outil le mieux adapté):

IMG_0382 En ce moment elle en est là:

IMG_0398

 

À ses pieds, tout le monde ressort de terre. A commencer par les géraniums Johnson Blue, mais aussi les deux marronniers que je mettrai ailleurs à l’automne prochain. En voilà un qui sortait timidement il y a deux semaines:

IMG_0362Et le voilà bien grandi:

IMG_0376

Au pied du ginkgo, j’avais bouturé sans y croire des brindilles de ginkgo abimées… j’ai eu la surprise de constater qu’elles étaient en train de sortir des feuilles (attention photo nullasse):

IMG_0375

J’ai aussi séparé le rosier jaune (Camille Pissaro), lui aussi très à l’étroit sur la fenêtre de la cuisine, de la cytise ultra pot-de-colle qui a poussé là sans y être invitée (et qui, elle, supporte assez mal la séparation). Le rosier a hérité du pot de feue la clématite armandii, mais non sans mal. J’ai voulu vider un peu la terre après avoir enlevé la racine d’Armande, mais je me suis rendue compte que l’euphorbe qui avait colonisé ce pot n’avait pas crevé, et que non seulement elle s’apprêtait à ressortir de plus belle mais qu’il y en avait partout. Et quand je dis partout, je veux dire jusqu’au fond du pot. Cette variété d’euphorbe fabrique ses jeunes pousses jusqu’à 50cm de profondeur!!! Bref, j’ai dû TOUT virer et racheter de la terre fraîche. En souvenir, par pur sentimentalisme, j’ai gardé un pied de cette euphorbe, ce qui à mon avis est une bêtise…

IMG_0366

Une autre euphorbe, que je croyais morte et enterrée, a refait surface dans une jardinière de gauras et de gazon espagnol. Je suis contente parce que j’adore cette variété:

IMG_0357

IMG_0365

 

Je vais aussi avoir quelques jardinières à refaire. Les benoîtes « Mrs Bradshaw » sont mortes (pas toutes, mais celles que j’avais mises dans une même jardinière n’ont pas supporté de changer de place pendant les travaux), j’avais vidé deux autres jardinières avant les travaux et je vais rempoter le rosier grimpant rose fuchsia dans un très grand pot, ce qui va libérer une grande jardinière supplémentaire. Sur cour, il faudra aussi que je donne plus de place à l’érable du Japon et à l’altéa, qui n’en peuvent plus et sont en voie de bonzaïfication.

La question est: quand?? D’autant qu’il faut que je reparte en chasse de kilos de terre (jamais livrée sauf à des tarifs exorbitants), de pots idoines (pourquoi les modèles que j’aime sont toujours ceux qu’on ne fait plus??), d’engrais… et de vivaces pour mes jardinières.  Et je veux aussi mettre des tomates et un pied de courgettes!

Voilà un premier rapport d’étape. D’autres suivront, avec moult photos merveilleuses (enfin si j’arrive à racheter un vrai appareil photo).

 

Un petit bouquet

11 juin 2013 § 16 Commentaires

Il n’y a pas que des plantes mystérieuses sur le balcon, les autres ne se portent pas si mal et fleurissent finalement. Après bien des hésitations quant à la forme des fleurs (trop de pétales, tête baissée), le rosier « Sourire d’orchidée » a décidé de revenir aux fondamentaux et s’est couvert d’un nuage de fleurs magnifiques, qui sont celles qu’on lui connaît en temps normal:

P1050423

Les gauras aussi sont enfin en fleurs. Enfin pas tous, certains se sont développés plus vite que d’autres. La variété la plus foncée (fleurs rose fuchsia et feuilles rouge foncé) est celle qui est en fleur en ce moment:

P1050419

 

Sur la photo qui suit, on voit bien que les autres gauras (fleurs rose pâle et feuilles vertes) sont à la traîne malgré des tiges beaucoup plus élancées:

P1050420

 

En fleurs, il y a aussi la petite verveine dont je n’avais pas encore parlée. Quand les benoîtes ont commencé à s’ouvrir (les Mrs Bradshaw font des fleurs rouge vif), je me suis subitement rendu compte qu’elles n’allaient pas du tout avec les pensées mauves et jaunes que j’avais plantées dans la même jardinière (la faute de goût totale, l’échec absolu comme dirait mon fils aîné). Ni une ni deux: j’ai acheté deux pieds de verveine et j’ai déplacé les pensées dans un pot gigantesque qu’elles occupent seules (pour le moment, parce que j’ai planté du lin).

P1050421Pour finir, l’hortensia de l’Himalaya n’est pas encore en fleur mais les boutons sont là et bien là et je peux affirmer qu’il n’en a jamais eu autant!! Sur la photo, on le voit dans son habitat naturel, c’est-à-dire au milieu de la colonie de lavande, dont les fleurs commencent aussi à s’ouvrir. En fait, je ne l’ai pratiquement pas taillé cette année, alors que je faisais des coupes radicales avant… c’est peut-être l’explication: à l’avenir je vais tâcher d’avoir la main un peu moins lourde!

P1050416

 

Travaux du jour

22 avril 2013 § 8 Commentaires

Je les avais déjà depuis quelques jours et je n’avais pas eu le temps de les replanter, même ce week-end. En fin d’après-midi je n’ai pas résisté: je me suis fait un thé et j’ai pris mes gants de jardinage. J’avais acheté deux pieds de pensées (j’adoooore les pensées) et j’ai décidé de les replanter avec les benoîtes « Mrs Bradshaw » qui avaient vraiment besoin de nouvelle terre et de changement de décor. Ce sont des pensées à fleurs relativement petites, mes préférées:

P1050224

P1050199

Bon évidemment en macro elles font énormes, mais en vrai elles sont petites. Les benoîtes commencent à avoir des boutons de fleur. Elles font parties de ces plantes qui vous colonisent facilement un balcon, comme les ancolies ou les gueules de loup. D’ailleurs, en travaillant sur le balcon je me suis rendue compte que j’avais un pot oublié dans un coin et dans lequel poussaient un althéa, une gueule de loup et deux lavandes. Attention, c’est minusculissime, le pot doit faire à tout casser 8cm de diamètre:

P1050205

 

Je vais leur offrir un pot plus grand mais les laisser ensemble!

Sinon, j’ai remarqué avec angoisse que mon bougainvillier, que j’ai ressorti puisqu’il fait relativement bon dans la journée (mais encore 6°C ce matin tout de même), présentait des décolorations subites (du jour au lendemain quasiment). Je n’ai pas d’explication (le froid?), mais je pense que le pronostique vital est engagé…

P1050201

On dirait des voiles de lin froissé… c’est assez joli mais franchement ça ne pousse guère à l’optimisme. La clématite armandii a presque fini sa floraison. C’est vraiment un déjeuner de soleil, en revanche elle fait des tiges partout.

P1050208

 

Juste devant elle, le géranium macrorhizum est en train de changer doucement de couleur. J’attends ses premières fleurs avec impatience:

P1050206

 

 

L’apothéose

9 octobre 2012 § 8 Commentaires

Une surcharge de boulot m’a tenue férocement à l’écart de ce blog, mais pas totalement à l’écart du balcon, que j’arrose désormais rapidement et sans faire couler le trop plein d’eau sur le balcon du 2e étage grâce à un magnifique robinet qui me permet d’avoir mon beau tuyau d’arrosage branché  à l’extérieur et plus sur le robinet des toilettes, et donc branché en permanence. Une vraie révolution: le progrès est en marche sur le balcon! Plus d’allées et venues sans fin avec un arrosoir dans chaque main… Malheureusement, je n’ai pas pu faire joujou très longtemps: la pluie fait son office et me prive depuis plusieurs jours (semaines?) de mon nouvel arrosage.

L’automne est là bien sûr, mais comme il ne fait, somme toute, pas si froid, le balcon commence à peine à décliner et certaines plantes font comme si le printemps était déjà de retour.

C’est le cas de l’hortensia, qui n’a jamais fait deux floraisons depuis que je l’ai, mais qui est cette année couvert de fleurs, à nouveau, depuis début septembre :

Ses feuilles commencent à rougir et lui se remet à fleurir!

Dans la série des fleurs roses qui persistent et signent, il y a encore des gauras partout (car il s’en est planté des roses très pâles qui sont venus sûrement d’une galaxie fort fort lointaine… car moi je n’avais planté que des roses foncés):

Oubliez le soleil et la belle lumière et imaginez désormais les mêmes sous la pluie… Les anémones du Japon sont encore très vaillantes, mais comme des idiotes, elles poussent vers l’extérieur du balcon, si bien que je n’en profite pas. Ce n’est qu’au prix des pires contorsions que j’ai pu prendre cette photo:

De l’autre côté du balcon, le rosier de la cuisine qui avait sorti timidement deux fleurs avant mon départ en vacances se couvre de roses depuis la rentrée… les roses jaunes que j’adore et que j’ai déjà montrées ici :

 

On trouve aussi pas mal de vert sur le balcon en ce moment, même si certains feuillages commencent quand même à changer. Tout d’abord un géranium macrorhizum, qui est arrivé sur le balcon cet été sous la forme de bouture donnée par la fée Flo. Il s’est acclimaté, ça y est et se porte comme un charme:

Il y a quelques semaines, je décidai de couper à ras les cosmos et pour ne pas faire de jaloux, je coupai en même temps à ras les fenouils qui avaient poussé dans le même pot. De nature rebelle, tout ce monde là repousse de plus belle, les cosmos à partir de graines semées toutes seules (et qui ont d’ailleurs essaimé dans d’autres pots alentour) et les fenouils qui repartent du pied, ce qui m’épate…

 

Et pour finir, mystère en les mystères du balcon parisien: mon trèfle… enfin le trèfle qui envahit régulièrement mes jardinières, est atteint d’un mal étrange, une sorte de tremblement grotesque qui le fait friser comme un mouton. Aucune idée de ce que c’est et je dois dire que je m’en fiche un peu, mais j’ai l’impression que ça a aussi touché les deux pieds de benoîte « Mrs Bradshaw » qui survivent bon an mal an dans une jardinière trop petite et mal drainée.

 

 

Sea of Green

28 mai 2012 § 2 Commentaires

Je sens que ce nouveau titre risque d’être mal compris: ce n’est pourtant qu’une innocente allusion à ce que j’ai vu hier dans l’une des trois jardinières un peu en friche du balcon. Sur une mer de trèfles minuscules surgissent des gauras qui ont décidé de revenir d’entre les morts. Le contraste de couleurs est très beau:

Au chapitre des couleurs, après le rose de la dernière fois, je vois rouge. Les benoîtes « Mrs Bradshaw » fleurissent en rouge vif mais quand elles sont fanées, elles laissent des choses à crinière rouge assez intéressantes:

Les gueules de loup sont aussi de sortie. Elles ne sont jamais de la même couleur d’une année sur l’autre et cette année, elle sont (je trouve) particulièrement belles (Dieu merci elles ne sont pas jaunes, j’ai horreur des gueules de loup jaunes):

Je finirai à nouveau sur une touche de vert avec des nouvelles de l’amandier. Il est un peu ridicule parce que le fraisier qui squatte son pot est bien plus grand que lui, mais il pousse parfaitement. Je crois que je vais néanmoins devoir patienter quelques années avant de récolter mes première amandes…

Où suis-je ?

Entrées taguées benoîtes « Mrs Bradshaw » sur balconparisien.