Habillé pour l’hiver

14 décembre 2014 § 16 Commentaires

Ce matin, vers 7h45, il faisait 1,5°C sur le balcon et un épais brouillard enveloppait les environs. Il n’y a pas de doute, l’hiver est aux portes du balcon parisien. Pourtant quelques irréductibles persistent à se balader encore en tongs et paréo comme si c’était l’été et quelques touches colorées apportent un peu de gaité à un balcon hivernal forcément un peu morne. Rien à voir avec la roseraie de Laurence, mais « Paul Cézanne » est toujours en fleur (oui il y a eu un peu de soleil pendant une petite heure):

IMG_1611Et une seule scabieuse « Chile Black » continue obstinément de fleurir:IMG_1608

Hier en revanche, j’ai taillé les vestiges des anémones du Japon, qui, avant de se dessécher complètement étaient passées par cette phase que j’adore, où elles ressemblent à des martiens à périscopes (un peu, si, quand même….):

IMG_1566Mais cette photo remonte déjà à presque trois semaines et l’hiver approche donc à grand pas. Les signes sont assez nets, outre le froid. Par exemple, je me suis aperçue tout à l’heure que les iris bleus de Hollande pointaient déjà le bout de leur nez vert. C’est logique puisqu’ils fleuriront normalement en février. Ça m’a fait penser que contrairement à Laurence je n’ai absolument pas planté le moindre bulbe, par manque de temps… Comme d’habitude je fais le faire avant Noël, en retard, toujours en retard…Tsss!IMG_1610

Un autre signe avant-coureur de l’hiver ce sont les oiseaux. Les créatures du balcon sont de retour: aujourd’hui, alors que, pleine d’enthousiasme, je m’apprêtais à vider mes jardinières en friche, j’ai été stoppée net par une mésange bleue que j’ai pu observer sans bouger pendant au moins un bon quart d’heure. Il y a dix jours j’avais bien nettoyé la mangeoire La Hulotte et je l’avais remplie à ras-bord de graines de tournesol décortiquées (bio, ce balcon est un étoilé Michelin). Je savais qu’il n’y avait qu’à attendre parce que j’avais déjà vu deux couples de mésanges venus inspecter les ressources du balcon quand il faisait encore beau et assez doux. Celle-ci s’est donc livré au petit manège habituel: elle prend une graine dans la mangeoire, elle s’installe sur l’amandier pour la manger tranquillement en la coinçant entre ses pattes… et elle recommence. Je suis ravie! Mais du coup pour ne pas la déranger, ni photo ni travaux des champs!

J’ai aussi eu la surprise de voir un oiseau qu’on ne voit pas souvent sur le balcon, le geai des chênes. La semaine dernière, alors que le vent n’avait pas encore fait tomber toutes les feuilles des platanes, en regardant par hasard le temps qu’il faisait avant de sortir, j’ai vu dans le platane le plus proche, non pas un geai, mais deux. Ne reculant devant aucun sacrifice pour satisfaire les lecteurs de ce blog, je suis allée chercher ce qui me tient lieu actuellement d’appareil photo depuis que j’ai cassé le mien (Père Noël, si tu lis ce blog, un nouveau Lumix me ferait bien plaisir, et je l’ai entièrement mérité). Le résultat n’est pas fameux, d’autant que les feuilles cachaient un peu les volatiles, mais la tache grise et noire très floue au milieu… C’est un geai!! Malheureusement on ne voit pas du tout ses magnifiques plumes bleues. Le deuxième était sur une branche plus basse, manifestement un couple, encore que je n’ai pas observé de différence de plumage. Prêts?IMG_1591Oui bon, je vous avais prévenus… Je n’ai plus de matos de pointe! Le cri du geai est assez moche, si bien qu’entre les corneilles, les pies et les geais (qui se disputent donc les environs du balcon) on a souvent droit à des concerts assez peu euphoniques. Heureusement, il y a peu de risque qu’ils viennent bouloter les graines de mes mésanges… Seuls les pigeons s’y risquent de temps à autres. Je vais peut-être investir dans une mangeoire plus sophistiquée.

 

 

Rose parmi les roses

11 septembre 2014 § 12 Commentaires

Comme ça ne bouge pas trop côté Médor, voici quelques nouvelles du reste du balcon, qui vire au rose pour les derniers feux de l’été. Il ne s’agit pas seulement des très nombreuses framboises qui rosissent au soleil, mais aussi des fleurs. J’ai déjà dit à quel point j’avais un faible pour les anémones du Japon, franchement cette année elles n’ont jamais fait autant de fleurs:IMG_1483

Et ce n’est pas fini car les tiges sont pleines de boutons…

IMG_1481

Si je pouvais j’en mettrais partout, mais il est impératif de les abriter du soleil, la place est donc assez limitée.IMG_1482

On dirait qu’elles ont été peintes à la main. Bref, je les adore.

Mais j’ai surtout eu l’énorme surprise de découvrir de nouvelles fleurs encore jamais vues sur le balcon. Souvenez-vous qu’un beau jour une graine de la clématite « Cézanne » (je n’ai rien contre ce peintre, mais franchement un peu d’imagination dans le nom des variétés ne ferait de mal à personne, entre le rosier Cézanne et le clématite homonyme, le balcon vire au grotesque, on se croirait au musée d’Orsay!)… bref, je disais donc une graine avait poussé dans un pot laissé à l’abandon. La nouvelle clématite végétait tant bien que mal, disparaissant totalement en hiver pour renaître au printemps, mais elle était apparemment condamnée à rester famélique et sans fleur toute sa vie. Un peu lasse, j’ai fini par mettre le pot en question (qui n’est vraiment pas très grand) au pied du rosier « Sourire d’orchidée » pour éviter qu’il m’encombre. La clématite étant ressortie de terre comme prévu, je l’ai arrosée car je suis bonne fille. Comme d’habitude, elle a lancé des longues tiges maigres avec quelques touffes de feuilles. Mais quand je suis rentrée de vacances, j’ai vu qu’il n’y avait pas que des feuilles (devenues d’un coup bien plus nombreuses), mais aussi des boutons de fleurs: hosanna!IMG_1493

Et là je dois dire que j’avais hâte de voir à quoi ressembleraient les fleurs d’une clématite issue d’une graine de cultivar. Je ne suis pas déçue, elle est ravissante, même prise à contre-jour au soleil couchant:

IMG_1492Les feuilles comme les fleurs sont nettement plus petites que celles de la mère, la fleur est plus fripée et sa couleur carrément impressionniste pour le coup, j’en suis baba.

IMG_1495

Pour mémoire, voici sa mère, sur la photo les fleurs sont un peu décolorées car en fin de floraison:

P1050388

 

Du coup je me demande si je ne vais pas arracher « Sourire d’orchidée » (à l’agonie) pour replanter le rosier « Iceberg » avec à son pied, dans le grand pot, cette magnifique enfant…

 

Fermeture estivale

2 août 2014 § 7 Commentaires

Enfin les vacances approchent. Jamais je ne les aurai attendues avec autant d’impatience! Dans quelques jours, le balcon parisien sera confié aux bons soins de la fée des balcons. Quelques nouvelles pour vous faire patienter jusqu’à la rentrée…

D’abord des nouvelles de l’araignée. Elle avait disparu, mais je crois l’avoir retrouvée (doublée de volume) ou alors c’en est une autre, mais j’ai quand même l’impression que c’est la même en plus grosse:IMG_1234 Je ne peux pas dire que je raffole des araignées, mais j’espère vaguement qu’elles bouffent les moustiques qui en général m’adorent et pullulent à Paris en ce moment. Enfin, ma mère m’a toujours dit que les petites bêtes ne mangeaient pas les grosses (ce qui est totalement faux) et que les araignées étaient utiles (contrairement aux moustiques) ce que je suis prête à croire. Cette année en tout cas, on va dire que c’est la mascotte du balcon (en attendant le retour des mésanges, qui ont moins de poils et des mandibules moins acérées).

Sinon, pour me montrer à quel point j’avais tort de me lamenter il y a peu sur l’état déliquescent du balcon parisien, il y a des nouveautés à foison. Un petit panorama de notre collection d’été:

D’abord les pois de senteur. Fidèles à leur nom, ils sentent divinement, mais je ne devrais pas les mettre au pluriel, une seule graine à germé sur tout mon paquet:IMG_1246

Toujours dans les mêmes tons, mais moins odorantes, les roses trémières sont de retour, fidèles au poste:IMG_1225Et les anémones du Japon (incontestablement, avec les gauras, la plus belle réussite du balcon parisien) sortent discrètement leurs petits télescopes:IMG_1231

 

Les rosiers aussi refont des roses. Je ne sais pas s’il s’agit d’un dernier baroud d’honneur ou si c’est que le temps leur convient (elles ne sont pas difficiles…), mais le rosier « Paul Cézanne » (anciennement connu sous le nom de « Camille Pissaro » ou plus simplement « rosier jaune »), ravi de son nouveau pot est à nouveau couvert de boutons; même chose pour le rosier « Iceberg », que j’ai finalement rempoté et qui me voue depuis lors une reconnaissance éternelle et des fleurs aussi sur le « Sourire d’orchidée », même si j’ai bien peur que là ce soit un peu un bouquet final avant disparition définitive, ce qui serait un crève-cœur car je suis toujours bouche-bée devant la beauté et la simplicité de ses fleurs:

 

IMG_1228

IMG_1154

 

La glycine ne veut pas être en reste et sort une grappe de fleurs (elle en sortira peut-être d’autres en mon absence, mais c’est déjà une satisfaction):

IMG_1235

 

Dans un petit pot, tellement petit que je l’oublierais presque quand j’arrose, les deux boutures de jasmin données par ma belle-mère grandissent gentiment (avec des gueules de loup squatteuses):IMG_1239

Côté potager… C’est un peu la cata. Le point positif c’est qu’après une bonne taille pour enlever les branches mortes, les deux pots de framboisiers sont couverts de boutons de fleurs: deuxième récolte magnifique en perspective. Cette année sera celle de la framboise (et de la patate, quand même!), pas celle des fraises, même si de nouvelles sont en préparations aussi. J’ai arraché un pied de courgette qui a crevé, l’autre a l’air de se porter un peu mieux, mais persiste à ne préparer que des fleurs mâles. Ce sera mon défit pour l’an prochain. Le temps n’est pas très favorable je pense, mais peut-être que j’ai aussi du mal à m’habituer au bac-sac (je trouve plus difficile d’arroser correctement, déjà qu’avec un pot normal c’est quand même ça le plus dur sur un balcon, mais avec le bac-sac, pour l’instant je tâtonne ). Les tomates (semis ratés cette année, mais deux pieds ont survécu) font enfin des fleurs… en croisant les doigts j’aurais deux ou trois tomates cette année!IMG_1226

Last but not least, le ginkgo, sans doute rongé par la culpabilité, me refait le même coup que l’an dernier et sort une nouvelle collection de feuilles bien vertes. À mon retour je vais prendre ma perceuse et trouer le fond de son pot comme une passoire, mais en attendant j’ai donné instruction de le laisser crever de soif et de n’arroser que quand le pied de gueules de loup énorme qui pousse au pied aura l’air de vouloir boire. Evidemment, je ne peux pas empêcher qu’il pleuve. Alea Jacta est! Pour l’instant, il est moche, mais vivant…

IMG_1240

 

Je vous laisse momentanément et j’en profite pour remercier non seulement les copines qui me laissent leurs commentaires bienveillants et leurs encouragements, mais aussi tous les visiteurs silencieux de France, du Canada, des États-Unis, d’Espagne, de Belgique, d’Allemagne, d’Italie, du Portugal, de Russie, de Pologne, Du Maroc, d’Algérie, de Tunisie, de Malte, de Guyane, des Antilles et de tout un tas de pays lointains que j’oublie sans doute de nommer mais que je n’oublie pas de remercier!

Le balcon se met au vert

29 août 2013 § 16 Commentaires

Chaque (presque) fin d’été c’est la même chose, les fleurs ont fait leur temps et je me retrouve avec un balcon verdoyant comme un bocage normand. Cette année, c’est à première vue le cas et quand on regarde le balcon dans son ensemble, on a surtout une impression de verdure:

P1050544

 

L’observateur aguerri aura remarqué tout de suite que le ginkgo se porte comme un charme et a opéré son étrange mue: toutes les feuilles malades sont tombées et ont laissé la place à de jeunes feuilles vertes. Flo a taillé le bout des branches pour qu’il ne se fatigue pas trop à envoyer de la sève trop loin, et là tout va bien. Bizarroïde quand même, mais je suis soulagée.

Le vert est donc omniprésent en ce moment, mais si on regarde dans le détail, il reste quelques petites touches de couleur. Les anémones du Japon sont en fleurs et elles sont magnifiques! Décidément j’adore ces fleurs:

P1050533

P1050534

 

Il y a d’autres vivaces que j’aime de plus en plus, qui se répandent partout sur le balcon et qui explosent de fleurs en ce moment (un peu en retard donc): les gauras. J’en suis folle. Cette année, ils sont particulièrement florifères:

P1050545

 

A ma grande surprise, le rosier « Sourire d’orchidée » a refait des feuilles et des tiges, mais aussi des fleurs: quelques  boutons par-ci par-là, mais c’est rare qu’il se comporte comme un remontant alors qu’il est censé l’être.

P1050540

Il y aussi encore quelques scabieuses noires (ça aussi j’adore), la petite verveine repart en fleurs, deux ou trois cosmos re-semés tout seuls de l’an dernier sont en train de fleurir (dont un énorme dans la jardinière des joncs) et les roses trémières ne sont pas finies. L’abélia est toujours couvert de ses délicates petites fleurs roses pâles et blanches et les fraisiers (qui ont très très peu donné cette année et ont fait des fraises ultra-naines pendant que je n’étais pas là) ressortent des fleurs et quelques fruits verts pour le moment.

Côté cour, le rosier « Camille Pissaro » a un bouton prometteur, mais surtout l’altéa a fait des fleurs en mon absence et sort encore quelques boutons, d’un vert soutenu:

P1050542

 

Dans le pot d’à côté, le dernier pied survivant de pieris japonica reprend du poil de la bête et sort les grappes de fleurs qui vont rester en bouton tout l’hiver et tout le printemps:

P1050543

 

Bref, pour l’instant, avec tout ce vert et toutes ces floraisons en attente, on ne dirait pas que dans trois semaines ce sera l’automne. Le seul détail qui l’annonce c’est les feuilles des grands platanes, qui commencent déjà à tomber. Bientôt il va falloir que je déménage le balcon pour l’installation de l’échafaudage (5 semaines!)… L’occasion de se poser plein de questions, notamment sur conduite à tenir avec la glycine….

 

Les nouveautés de fin juillet

29 juillet 2013 § 8 Commentaires

Ce matin j’entendais à la radio les producteurs de mirabelles annoncer un retard d’un mois dans la production, et je constate la même chose sur le balcon: le retard n’a pas été rattrapé.

Ainsi j’ai constaté ce matin que la glycine, qui en général fleurit d’abord et sort ses feuilles ensuite et qui n’avait pas fleuri du tout cette année, se met à me sortir des fleurs!

P1050519Ensuite, les anémones du Japon, qui se mettent seulement à faire de timides boutons en ordre dispersé et avec parcimonie:

P1050520

 

Du côté des arbres et arbrisseaux, quelques nouvelles de l’amandier et du ginkgo. L’amandier a parfaitement négocié son changement de pot et à encore doublé de volume depuis, faisant désormais de l’ombre à son frère de sang (de bœuf) le fraisier:

P1050514

 

Je me demande s’il ne faudra pas que je le taille pour qu’il arrête de pousser dans tous les sens, mais ça attendra…

Le ginkgo est en revanche une source d’inquiétude permanente. La maladie étrange qui avait entrepris d’attaquer certaines feuilles s’est à peu près étendue à l’arbre entier et certaines feuilles commencent à tomber. Je me prépare au pire:

P1050515

 

Une lueur d’espoir, peut-être: les feuilles des extrémités ne semblent pas touchées (pas encore?), mais surtout je constate que de minuscules pousses vertes apparaissent là où les feuilles sont tombées. Je me demande si ce n’était pas dû à un surcroît d’humidité à cause de la soucoupe placée sous le pot. Plus petite que le pot, qui reposait entièrement sur elle, l’humidité avait du mal  en sortir autrement que par le pot lui-même… Des fois on fait des conneries sur un balcon. J’ai remédié au problème en donnant un quart de tour à la soucoupe carrée comme ça elle est décalée en diagonale par rapport au pot (description vaseuse, j’en convient) et l’humidité peut s’en aller. Mais si ça se trouve, ce n’est pas ça le problème de mon ginkgo! Voici donc les pousses vertes:

P1050516

Je vais terminer ce message estival par un tour dans le pot de compost. Couvert de son assiette, je l’avais un peu oublié… Il fait sa vie de compost et commence à prendre un aspect très crédible. Humidité optimale, aucun dégagement d’odeurs — une merveille!

P1050513

Je note au passage que les coquilles d’œuf mettent plus de temps à se désintégrer…

 

 

 

Les discrètes

18 avril 2013 § 6 Commentaires

Comme je l’avais promis, voici des photos des fleurs les plus discrètes du balcon parisien. D’abord celles du gros buis, qui en est couvert, et qui a en réalité déjà fini sa floraison puisque des fruits sont apparus. Il faut croire que ça marche, même sur un modeste balcon, puisqu’il y a quelques années (2 ans?) un bébé buis a poussé dans une de mes jardinières. Elle est plutôt à l’ombre et il est régulièrement enfoui sous les anémones du Japon, mais il grandit à son rythme.

P1050196

Sur cette photo on voit encore du pollen sur les feuilles, les fleurs et les fruits en formation.

L’autre habitant du balcon a fleurir discrètement, c’est l’olivier bien sûr. Pour l’instant ce ne sont encore que des boutons de fleurs. Je pense que les fleurs elles-mêmes seront là dans quelques jours. Je mettrai une photo, car elles sont très mignonnes.

P1050192Sur la gauche, on voit de nouvelles feuilles qui poussent, je ne sais pas s’il faut que je le rempote maintenant ou s’il est préférable d’attendre un peu.

L’apothéose

9 octobre 2012 § 8 Commentaires

Une surcharge de boulot m’a tenue férocement à l’écart de ce blog, mais pas totalement à l’écart du balcon, que j’arrose désormais rapidement et sans faire couler le trop plein d’eau sur le balcon du 2e étage grâce à un magnifique robinet qui me permet d’avoir mon beau tuyau d’arrosage branché  à l’extérieur et plus sur le robinet des toilettes, et donc branché en permanence. Une vraie révolution: le progrès est en marche sur le balcon! Plus d’allées et venues sans fin avec un arrosoir dans chaque main… Malheureusement, je n’ai pas pu faire joujou très longtemps: la pluie fait son office et me prive depuis plusieurs jours (semaines?) de mon nouvel arrosage.

L’automne est là bien sûr, mais comme il ne fait, somme toute, pas si froid, le balcon commence à peine à décliner et certaines plantes font comme si le printemps était déjà de retour.

C’est le cas de l’hortensia, qui n’a jamais fait deux floraisons depuis que je l’ai, mais qui est cette année couvert de fleurs, à nouveau, depuis début septembre :

Ses feuilles commencent à rougir et lui se remet à fleurir!

Dans la série des fleurs roses qui persistent et signent, il y a encore des gauras partout (car il s’en est planté des roses très pâles qui sont venus sûrement d’une galaxie fort fort lointaine… car moi je n’avais planté que des roses foncés):

Oubliez le soleil et la belle lumière et imaginez désormais les mêmes sous la pluie… Les anémones du Japon sont encore très vaillantes, mais comme des idiotes, elles poussent vers l’extérieur du balcon, si bien que je n’en profite pas. Ce n’est qu’au prix des pires contorsions que j’ai pu prendre cette photo:

De l’autre côté du balcon, le rosier de la cuisine qui avait sorti timidement deux fleurs avant mon départ en vacances se couvre de roses depuis la rentrée… les roses jaunes que j’adore et que j’ai déjà montrées ici :

 

On trouve aussi pas mal de vert sur le balcon en ce moment, même si certains feuillages commencent quand même à changer. Tout d’abord un géranium macrorhizum, qui est arrivé sur le balcon cet été sous la forme de bouture donnée par la fée Flo. Il s’est acclimaté, ça y est et se porte comme un charme:

Il y a quelques semaines, je décidai de couper à ras les cosmos et pour ne pas faire de jaloux, je coupai en même temps à ras les fenouils qui avaient poussé dans le même pot. De nature rebelle, tout ce monde là repousse de plus belle, les cosmos à partir de graines semées toutes seules (et qui ont d’ailleurs essaimé dans d’autres pots alentour) et les fenouils qui repartent du pied, ce qui m’épate…

 

Et pour finir, mystère en les mystères du balcon parisien: mon trèfle… enfin le trèfle qui envahit régulièrement mes jardinières, est atteint d’un mal étrange, une sorte de tremblement grotesque qui le fait friser comme un mouton. Aucune idée de ce que c’est et je dois dire que je m’en fiche un peu, mais j’ai l’impression que ça a aussi touché les deux pieds de benoîte « Mrs Bradshaw » qui survivent bon an mal an dans une jardinière trop petite et mal drainée.

 

 

Où suis-je ?

Entrées taguées anémones du Japon sur balconparisien.