Dans la famille Butternut…

30 octobre 2016 § 8 Commentaires

Dans la famille Butternut, je demande la mère et la fille (ou le père et le fils… il est difficile de trancher!). J’ai cueilli aujourd’hui les courges qui restaient, et qui sont arrivées à maturité, prêtes à être mangées! La grande fait 1,460Kg tandis que l’autre ne pèse que 375gr. Plus de trois kilos de butternut ont été récoltés sur le balcon (+ une tomate!). C’est donc la fin des butternuts et j’ai arraché les pieds, coupé tiges et feuilles en petits morceaux et mis le tout au compost. Je suis ravie de cette production inattendue (et qui va inévitablement me pousser à transformer l’essai l’an prochain).

img_3703

Récolter des graines

11 octobre 2016 § 4 Commentaires

Avec les récoltes, vient la récolte des graines. Avec la courge butternut (et beaucoup d’autres graines) c’est très facile: il suffit de laisser sécher les graines débarrassées de la chair de la bestiole et de les mettre en sachet. Avec les tomates c’est plus délicat mais très simple. Il faut tout d’abord (et ce point est capital) s’assurer que les tomates dont on récupère les graines ne sont pas des variétés hybrides, sinon vous allez vous retrouver (comme moi avec mes graines poussées sur le compost) avec des plants qui produiront des tomates assez peu intéressantes (car évidemment ce sont les qualités les moins intéressantes gustativement qui ressortent), et au pire avec… rien du tout! Pour ma part j’ai récolté les graines d’une variété de petites tomates jaunes en forme de poire, trouvées chez mon maraîcher préféré cet été et dont je sais qu’elles ne sont pas hybrides, qu’elles sont très productives et délicieuses:img_3628

Si vous avez sous la main des variétés non-hybrides (attention, les variétés de l’agriculture bio ou raisonnées peuvent aussi être hybrides, je l’ai appris à mes dépends), assurez-vous de les laisser mûrir au maximum. Ensuite, il faut prélever les graines avec leur jus de façon à obtenir ça:img_3637

Il faut rajouter un peu d’eau filtrée de façon à ce que toutes les graines soient bien recouvertes et déjà en 48 heures, vous obtenez une sorte de mélange un peu trouble et peu appétissant: img_3638

Il ne faut surtout pas y toucher, ne pas mélanger, ne pas ajouter d’eau, ne pas rincer. Il faut laisser les graines dans leur jus, jusqu’à ce qu’une fine pellicule de moisissure commence à se former à la surface, car pour bien pousser l’année suivante et sans maladie, les graines de tomates doivent fermenter. La fine pellicule en question est l’indice de cette fermentation. Pour les graines qui s’étaient retrouvées dans mon compost, c’est évidemment la fermentation générale qui se produit dans le compost qui a permis la fermentation indispensable des graines. je suppose aussi qu’un bon coup de froid n’est pas une mauvaise chose. D’ailleurs concernant les graines de palmiers dattiers, il est souvent recommandé de les mettre au frigo 48h pour ensuite accélérer la germination. À présent votre mixture ressemble un peu à une boîte de Petri dans un laboratoire de biologie, mais c’est exactement ce qu’il vous faut:img_3660

Ensuite c’est très simple, il suffit de mettre le tout dans une fine passoire et de rincer correctement, puis d’étaler les graines sur du papier absorbant:img_3661

Une fois sèches et bien séparées les unes des autres, il suffit de les mettre dans une enveloppe avec la date et la variété et de semer au moment opportun l’année suivante!

La « Courgette »: saison 2, épisode 7

5 octobre 2016 § 2 Commentaires

J’ai attendu très patiemment, mais il y a forcément un moment où la curiosité (et la faim) l’emporte sur le reste. J’ai cueilli la première, et la plus grosse, des trois courges butternut qui ont poussé sur le balcon cet été. Un beau bébé d’un kilo et six cents grammes!img_3676

Direct du producteur au consommateur: la courge a été cuisinée aussi sec et s’est retrouvée dans nos assiettes sous la forme de penne à la courge, à la ricotta salata et à la sauge: une merveille!img_3679

Où suis-je ?

Vous consultez les archives de octobre, 2016 à balconparisien.