L’olive parisienne

11 juin 2016 § 7 Commentaires

Aujourd’hui nous avons dégusté avec toute la solennité nécessaire les 18 premières olives du balcon parisien. Délicieuses! Je ne sais pas du tout à quelle variété j’ai affaire, mais en tout cas je suis ravie. Si j’en juge par le nombre de fleurs (et si tout se passe bien) on devrait en récolter aussi cette année. Je croise les doigts. C’est pas encore demain la veille que je vais inonder le marché de la gastronomie pointue avec mon huile d’olive parisienne, mais c’est un bon début.

IMG_20160611_133746861_HDR

Publicités

Tagué :, ,

§ 7 réponses à L’olive parisienne

  • Laurence dit :

    La photo est appétissante et si tu confirmes qu’elles sont délicieuses, alors tu détiens the future olive que le marché local ne devrait tarder à vouloir payer cher pour en avoir ne serait-ce qu’une à table ! Décidément ce balcon parisien m’épateras toujours.
    Pas encore d’olives dignes de ce nom ici. L’an dernier elles étaient toutes desséchées, flétries sur l’arbre.

    • Sylvette dit :

      En fait c’est plus compliqué qu’on ne l’imagine et en même temps plus simple aussi. Dans le sud, l’altitude limite pour la culture de l’olivier est grosso-modo 1000m. En fait il s’accommode assez facilement de températures un peu froides. Contrairement à ce qu’on croit, il lui faut de l’eau et de la nourriture, mais il déteste avec le pied trop mouillé (c’est là que je désespère un peu pour ma production 2016). Tu pourras lire des choses intéressantes ici: http://www.oleiculteur.com/arbre.html
      et là:
      http://www.terroirselect.info/territoires/Provence/culture-olivier.html

      Chez moi à Nice on est pile à 300m: l’idéal! Heureusement qu’à Paris je suis plein sud.

    • Sylvette dit :

      Et j’ajoute que la première année mon olivier a lui aussi produit des olives ridicules et sèches… il faut persévérer!

      • Laurence dit :

        Ah oui, intéressant. Merci. Le mien a une dizaine d’années et les pluies de ces dernières semaines et l’absence cruelle de soleil (même plein sud sur ma terrasse) condamnent déjà toute velléité ‘oliveresque’ . Comme tu dis, il faut persévérer et surtout patienter

        • Sylvette dit :

          Tu n’as pas de fleurs? Tu l’as taillé correctement?

          • Laurence dit :

            Pour le moment il est en ‘fleurs’ mode fanaison donc bon signe. Taillé ? Pas vraiment sauf l’intérieur que je maintiens ‘aéré’ juste ce qu’il faut pour qu’un oiseau puisse y circuler

          • Sylvette dit :

            Il faudrait quand même le tailler un peu ne serait-ce que pour ne pas laisser trop de petits rameaux secondaires. Tu pourrais mettre une photo sur ton blog? J’imagine que quand tu l’as eu il n’avait pas cette forme de boule ridicule qu’avait le mien. Du coup pour moi, la question de la taille s’est posée tout de suite: il fallait lui rendre sa dignité!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement L’olive parisienne à balconparisien.

Méta

%d blogueurs aiment cette page :