Balcon renouvelable

15 mai 2013 § 16 Commentaires

Jusqu’à présent, j’éparpillais de temps à autre mes épluchures hachées menues dans mes pots (surtout les grands). Il m’est même arrivé de faire une sorte de soupe en mixant le tout avec de l’eau et de verser ça au moment de l’arrosage. C’est pas mal, mais évidemment il y a des limites à ce qu’on peut étaler dans des pots, même grands. Sans compter qu’il faut bien admettre que cette couche d’épluchures n’est pas d’un extrême raffinement esthétique… Alors comment pouvais-je améliorer cette tentative de recyclage? Psychologiquement et même d’un point de vue pratique, je ne suis pas prête pour le lombricompostage d’intérieur, ou d’extérieur. Le truc prend de la place, nécessite une température constante et m’a l’air d’une complexité pas possible. Et puis, que faire quand on part en vacances? Bref, pas question d’élever des vers de terre, même si les donner à bouffer aux merles avant l’été est une solution qui m’a traversé l’esprit (encore faudrait-il qu’ils ne leur préfèrent pas mes fraises).

J’ai donc regardé un peu partout sur Internet, constaté qu’il n’y avait pas grand chose, mais je suis quand même tombée sur une technique de compostage qui peut se bricoler dans un pot de fleur (de taille respectable quand même mais pas énorme non plus, un pot de base, quoi): le composte en « lasagnes » ou en strates. Il y a plusieurs écoles et, comme souvent, les site américains ou anglais sont les plus détaillés. Le principe consiste à alterner des couches de terreau et des couches d’épluchures, avec en plus du papier journal coupé en fines lanières. Je n’ai pas très bien compris à quoi servait le journal, apparemment ça a à voir avec le degré d’humidité du produit final mais je ne sais pas si l’adjonction de journal maintient l’humidité ou la supprime, et rien ne dit ce qui se passe avec les produits chimiques contenus dans le papier. Bref. Comme toujours dans ces cas là, je me suis dit que j’allais adapter le truc à ma sauce pour un emmerdement minimum. Rajouter du terreau à chaque fois suppose quand même une place folle, surtout qu’il fait encore froid (8° ce matin!!!) et que la dégradation des déchets végétaux se fait au ralenti. J’ai donc opté pour une méthode « bordélique » qui consiste à mélanger une solide poignée de terreau aux épluchures une bonne fois pour toute en touillant bien à chaque nouvel apport de déchets. On verra bien le résultat, pour l’instant c’est donc expérimental… Visuellement, ça donne ça:

P1050333

P1050335

P1050334

 

Idéalement, il faudrait sans doute un pot en plastique avec des trous sur les côtés pour aérer l’ensemble, mais on verra bien… je crois beaucoup à la méthode empirique!

Publicités

Tagué :, ,

§ 16 réponses à Balcon renouvelable

  • Solène dit :

    Je vais essayer aussi 🙂

  • Je ne lis absolument pas l’anglais 😦
    J’ai déjà le pot, 40 cm de diamètre et 30 de haut, en plastique
    J’ai déjà commencé en fait mais je ne sais pas si on peut y mettre les déchets du jardin : fleurs fanées par exemple

    • Sylvette dit :

      ha zut.. c’est le moment de s’y mettre alors! ;-))
      Bon ben, fais comme moi, mais avec des trous en plus et ajoute des lamelles de journal si tu veux et on comparera nos résultats…

  • anne dit :

    je ne pense pas que l’imprimerie du papier journal soit bon pour ton compost , par contre ce qui est bon c’est de déchiqueter au milieu des épluchures , du carton , ce qui apporte du carbone . EN effet tu sais que pour que le compost se forme il faut autant d’azote , apporté par les déchets végétaux , que de carbone apporté par des feuilles mortes ou des brindilles de bois ou du carton .
    tu laisses le carton une journée à la pluie et il se déchire facilement
    ah j’oubliais , tu n’as pas besoin de rajouter de la terre à chaque fois , il suffit de mettre une petite couche au fond du récipient . AU bout de 5_6mois tu as un bon compost

    • Sylvette dit :

      Haaa! ta version est déjà beaucoup plus Sylvette-compatible!! le carton, je vais en mettre (j’en ai jeté des tonnes il y a peu, si j’avais su). Dans l’article en questions ils expliquent bien le coup du carbone et de l’azote et effectivement ils disent papier et carton. Je vais opter pour le carton. la grande question que je me pose est celle du degré d’humidité optimum.

  • anne dit :

    eh bé ! si ta gde question est le degré d’humidité du compost , j’espère qu’elle ne t’empêche pas de dormir la nuit !!!

  • Il faut faire « le test de la poignée »
    Tu en prends une poignée, si ça se désagrège c’est trop sec, si du liquide en sort c’est trop humide
    Source :
    http://www.compostage.info/index.php?option=com_content&view=article&id=8&Itemid=8

  • c’est vraiment une excellente idée, je voulais m en installer un aussi, mais je trouvais les systèmes adaptés aux balcons un peu chers pour ce que c’est…je suis tentée de copier ton expérience aussi..mais tu ne mettras pas de lombrics ? ça va pas prendre des plombes à se décomposer ?…

    Solène, moi j’y mettrais des déchets verts , oui ..mais pas ceux touchés par des maladies..qu’est ce que vous en dites ?

    • Sylvette dit :

      Pour l’instant je vais éviter les lombrics même si je pense en récupérer chez un copain après les travaux. Moi je mets les déchets verts aussi mais effectivement pas les feuilles de plantes malades.

  • Et bien je vais faire pareil, mais je n’ai pas encore le réflexe pour les épluchures 🙂

    • Sylvette dit :

      Le problème, quand on mange beaucoup de légumes, c’est qu’on est vite dépassé par la capacité limité d’un compost de balcon ou même des pots dans lesquels on peut les mettre directement. Mais sinon c’est juste un réflexe à prendre. le plus pénible c’est de les couper en petits morceaux, mais en fait même ça ce n’est pas si long.

  • et si tu rajoutais un activateur de compost bio ? ça accélérerait peut être le processus et permettrait au passage de composter plus de déchets,non ?

    • Sylvette dit :

      Apparemment les avis sont partagés sur les activateurs de compost. Nan mais t’façon je préfère apprendre par l’expérience et voir concrètement comment ça se passe. Étaler les épluchures à l’air libre marche parfaitement bien, je veux voir ce qui se passe dans un pot…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement Balcon renouvelable à balconparisien.

Méta

%d blogueurs aiment cette page :