Une tragédie de corneille

3 avril 2013 § 8 Commentaires

Hier, un peu vexée quand même de ne pas avoir été foutue d’immortaliser moi-même mes geais, mes pies et mes corneilles, je suis retournée sur la balcon au premier criaillement suspect et j’ai pu photographier une corneille. Elle n’a pas l’air commode, et de fait ça ne rigole pas en ce moment dans les environs du balcon parisien:

P1050124

Publicités

Tagué :, ,

§ 8 réponses à Une tragédie de corneille

  • anne dit :

    une tragédie de Corneille , oh oh elle est bonne celle là , mais les autres titres sont pas mal non plus !

    • Sylvette dit :

      Ha! merci! merci! Ce compliment me va droit au cœur. Tu n’imagines pas les efforts que je fais parfois pour placer un vieux jeu de mots à la noix ou simplement pour sortir du titre basique. C’est surtout parce que ça m’amuse moi, mais si en plus ça fait sourire mes visiteurs, je suis ravie!

  • À cause de mes chats, je ne peux plus regarder un piaf sans frémir pour sa vie… Ça m’épate ces corneilles qui trainent par chez toi. Chez nous, on en voit dans les no-mans land mais jamais dans les jardins habités.

    • Sylvette dit :

      Je crois qu’elle n’ont peur de rien et il me semble que j’avais lu quelque part qu’elles colonisaient les villes à cause de la saleté et des détritus (mais c’est peut-être moi qui me fait des films, à vérifier). Il y a quelques années on n’en voyait pas du tout chez nous, des pies non plus d’ailleurs. Il y a un très intéressant billet sur le mode opératoire de cette colonisation des corvidés sur le blog plume de ville.

  • Ici, on a beaucoup de corneilles mais je les vois surtout dans les champs, ou dans les grands jardins abandonnés tandis que chez moi, c’est de la pie que j’ai en quantité industrielle : mes chats semblent leur trouver bon goût car ce sont souvent leurs plumes qui me permettent d’identifier les corps. Sinon, j’ai beaucoup de tourterelles et de merles, du moineau bien sûr mais aussi du rouge gorge, de la mésange charbonnière et parfois du pinçon ou du geai. Les autres, j’en vois mais je ne les connais pas forcément car je suis nulle comme ornithologue… Pourtant, je gagnerais à me perfectionner, rapport à ma nouvelle activité de médecin légiste 😉

    • Sylvette dit :

      Tu leur mets des graines à tes piafs? un nichoir? Quand j’étais gamine, mon chat bouffait les mésanges du jardin mais il s’étouffait à moitié avec à chaque fois et finalement il est mort l’estomac perforé par un os de volatile. Triste fin pour un félin.

  • Pinson et Pinçon sont dans un bateau, pinçon tombe à l’eau, qu’est-ce qui reste ? Là, je viens de me relire et je cherche juste à cacher ma honte, en fait.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement Une tragédie de corneille à balconparisien.

Méta

%d blogueurs aiment cette page :