Bird’s eye view

28 juillet 2012 § 3 Commentaires

Je crois bien que je n’ai jamais montré le balcon autrement que par le petit bout de la lorgnette, c’est-à-dire dans les détails et non dans son ensemble. Il faut dire que ce n’est pas très facile de le prendre en photo dans toute sa longueur à moins de se suspendre à l’extérieur, ce qui ne serait pas très malin. Aujourd’hui, j’étais tellement contente de voir que mon rosier « sourire d’orchidée » me faisait de nouvelles fleurs que je suis allée à une autre fenêtre voir ce que ça donnait de loin, et j’ai trouvé que l’effet d’ensemble n’était pas si mal, finalement… malgré les jardinières que j’ai paresseusement laissées à l’état de friche industrielle après l’hécatombe hivernale.

Ainsi, voici à quoi ressemble l’extrémité ouest du balcon parisien en ce moment:

 

Au premier plan on peut voir à droite la fameuse clématite armandii (qui se remet à pousser, mais qui n’a pas fait une seule fleur cette année), avec à son pied une euphorbe qui a poussé là toute seule. À gauche, une jardinière d’euphorbes « diamond frost » et une crassula. La profusion de tiges derrière, c’est le fenouil, en fleur, et les gauras roses. Sur la table, quelques plantes grasses et une jardinière de ciboulette chinoise… et derrière, mon rosier « sourire d’orchidée », sur lequel on distingue une rose grande ouverte! À droite du rosier, de la vigne vierge monte à l’assaut du mur… elle aussi a poussé toute seule.

Depuis la fenêtre de l’autre bout (il y a quatre fenêtres en tout sur ce balcon), ça donne ça:

 

Au premier plan, le ginkgo, puis le polygala, les cosmos « candy », l’abélia… puis un fouillis de jardinières en friche, le gros buis et ensuite ce qu’on voyait sur l’image précédente. Ce qu’on ne voit pas, c’est ce qui est trop bas: les anémones du Japon, les roses trémières, la clématite bleue (dont j’ai appris que c’était une clématite « Cézanne »), le framboisier, l’autre euphorbe et plein d’autres choses encore.

Par exemple, on ne voit pas que le bougainvillier offert par ma belle-mère (et auquel j’avais annoncé une mort rapide) a doublé de volume et se couvre de nouvelles fleurs (le polygala aussi refait des fleurs):

 

Pour finir, je dois avouer que j’ai viré les deux Senetti, qui étaient malades et moches. J’ai semé de la coriandre et de la ciboulette chinoise à la place… Je sais que c’est un peu tard mais on verra bien, sinon je sèmerai de la petite salade.

Publicités

Tagué :, , , , , , , , , , , , , , , ,

§ 3 réponses à Bird’s eye view

  • Coucou! Ça doit être bien agréable de venir flâner sur le balcon parisien..bravo, c ‘est un bien joli aménagement ! tu n est plus très loin de l objectif..des « jardins suspendus de babylone » ! profites tu deja des anémones du japon ? les miennes, que j avais plantées à l automne dernier n ont pas du tout repointé le bout de leur nez…

  • Solène dit :

    Je viens de découvrir ton blog suite à un petit tour sur celui de caro !!
    Quel plaisir (sauf que j’arrive presque à la fin, j’espère trouver dans tes liens un autre balcon qui me fera rêver !!)

    Ce post tombe à pic, je me disais qu’il fallait que je te demande une vue d’ensemble quand j’arriverai à la fin !!
    On ne voit pas trop sur les photos mais quelle taille de contenant utilises tu ?

    Encore bravo pour ce bout de paradis 🙂

    • Sylvette dit :

      Bonjour Solène et bienvenue! Mes contenants varient. J’ai des jardinières d’assez grande taille, que je vais tenter de généraliser en en rachetant d’autres pour remplacer les plus petites, dans lesquelles la terre se dessèche beaucoup plus vite. Je vais profiter des travaux annoncés pour faire un grand ménage et une réoganisation. Pareil pour les pots posés sur le sol du balcon. La glycine est dans une grosse poubelle noire. Le rosier « sourire d’orchidée » est dans un pot assez gros mais qui commence à être trop petit (mais il est indéplaçable maintenant, je crois), le buis est dans un pot en fibre gris assez chouette et de bonne taille (45x45x45 à vue de nez) qui est la taille que je compte acheter pour rempoter le ginkgo, l’abélia et l’altea. Bref, dans un avenir proche je vais reparler des contenants.
      C’est une question importante sur un balcon. Il faut penser aussi à la chaleur et aux écarts de température qui sont accentués par les pots trop petits. Le poids est aussi à prendre en compte. La terre cuite c’est beau, mais c’est trop lourd. J’ai déjà résolu bon nombre de problèmes rien qu’en mettant un robinet sur le balcon, mais, par exemple, il est aussi impératif de trouver des soucoupes adaptées sous peine d’inonder le balcon du dessous….

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement Bird’s eye view à balconparisien.

Méta

%d blogueurs aiment cette page :