The darling buds of May

1 mai 2012 § Poster un commentaire

J’ai bien conscience que le titre de ce post va sembler bien obscur aux gens qui ne vivaient pas en Angleterre au début des années 90, mais ce n’est pas grave. Il faut de temps à autre accepter de rester incomprise.

Or donc, le mois de mai vient d’apporter un frémissement de soleil sur le balcon parisien. Il était temps, car quelques jours avant, le vent avait bien déchiqueté les feuilles du ginkgo et de la glycine et le balcon avait un air misérable. Aujourd’hui, les abeilles ont fait un grand retour et on voit ça et là certains signes d’une reprise, même si pour l’instant on doit encore parler de croissance molle.

Reines du balcon cette année, les clématites sont en train de s’ouvrir (enfin, la bleue et la rose qui pousse avec le rosier… l’autre refuse de fleurir. Il va d’ailleurs falloir que je la taille méchamment):

On dirait presque un perce-neige!

Les benoîtes, que j’avais données pour mortes à la fin de l’été dernier et que j’avais eu la flemme d’enlever, repartent comme en 14. Enfin, pour l’instant un seul pied est en fleur mais les autres pieds sont bien verts:

Au pied de la glycine, le géranium Johnson Blue relève la tête et sort les premières fleurs:

 

Pendant ce temps là, dans les différents pots et jardinières colonisées au fil des ans, les ancolies pourpres fleurissent aussi. Je me dis parfois que j’en mettrais bien d’autres, avec d’autres couleurs, et puis finalement je crois que trop d’ancolies tuerait l’ancolie.

De l’autre côté, sur le petit balconnet de la salle de bain, la lavande lance timidement quelques boutons ça et là, mais elle m’a l’air bien partie pour en être couverte dès qu’il fera franchement beau (surtout que ce balcon là est quasi plein nord):

 

Sinon, autre nouvelle, j’ai (je crois) percé à jour l’identité de la plante mystérieuse qui poussait au pied de mon nano-amandier. Il s’agit tout bonnement d’un fraisier, ce qui n’est pas très étonnant puisque j’ai retiré l’amandier de la jardinière de fraises. J’ai du embarquer une graine ou un bout de racine ou je ne sais quoi qui s’est trouvé suffisamment à l’aise pour pousser. J’hésite sur la marche à suivre: arrachage pour laisser à l’amandier tout le pot, ou attentisme lâche.

Publicités

Tagué :, , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement The darling buds of May à balconparisien.

Méta

%d blogueurs aiment cette page :