Le dossier clématites

17 mars 2012 § Poster un commentaire

Avec le printemps je rouvre l’épineux dossier clématites. Que faire en effet? Car je constate deux écoles en matière de clématites. La première, celle de la clématite bonnasse, qui se fait à tout, est heureuse partout, fleurit à tire-larigot et ne se plaint jamais. La reine de cette catégorie est la clématite bleue achetée il y a des années et que la période de froid n’a pas même échevelée. Fidèle au poste, la voilà qui repousse et, après une bonne taille, s’apprête à coloniser son bout de balcon parisien.

Elle m’a même fait une fille, qui pousse gaillardement dans un autre pot juste à côté et que je vais d’ailleurs replanter dès que j’aurai racheté un pot (ayant dû casser celui qui lui était destiné pour en sortir l’agapanthe dont les racines s’accrochaient partout). La fille n’a pas encore fleuri (elle entre dans sa troisième année), mais il me semble distinguer un truc qui pourrait bien ressembler à un bouton de fleur.

Il y a aussi l’école des timides, des fragiles, des capricieuses, dans laquelle je range celle qui a refusé de pousser pendant trois ans, visiblement vexée de devoir partager l’énorme pot du rosier « Sourire d’Orchidée ». Celle-là, en ce moment, je ne peux même pas la photographier… elle m’avait paru morte mais elle vient de sortir deux petites pousses vertes sur le milieu de son unique tige. On verra dans une semaine ou deux.

Il y a enfin l’école des clématites sans cœur, des ingrates, des bêcheuses… celles qui ne font aucun effort et vous ruinent un pan de mur sans avoir l’air de rien. La clématite armandii en fait partie, et comme chaque année, je suis au bord de m’en débarrasser. Hier, voilà à quoi elle ressemblait:

Franchement, ça ressemble à quoi??? Et il ne faut pas croire qu’elle soit à l’article de la mort. Non! C’est son état normal. Evidemment, pour échapper à ma vindicte, elle sort au printemps des grappes de fleurs nacrées et qui sentent particulièrement bon. L’an passé, ça avait suffit à m’attendrir, mais là je n’en peux plus de tant de mauvaise volonté. Je vois bien partout des boutons qui annoncent de la fleur et de la feuille, mais je m’en fiche. Trop tard. Dès qu’elle aura fleuri, elle aura droit à un bon coup de sécateur et, raccourcie aux deux tiers, elle ira refaire sa vie à un autre endroit du balcon un peu plus protégé. Ce sera sa dernière chance: si elle ne s’y plaît pas, elle finira à la poubelle. Jamais vu une plante aussi pénible!

 

Publicités

Tagué :, ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement Le dossier clématites à balconparisien.

Méta

%d blogueurs aiment cette page :