L’heure du bilan

29 février 2012 § Poster un commentaire

Autant le dire tout de suite, ce n’est pas brillant. À vue de nez, les quinze jours de températures négatives auront détruit environ 50% du balcon. Je vais d’abord commencer par ce qui a tenu et qui reprend fièrement du poil de la bête.

L’hellébore, qui m’avait l’air si mal en point quand il faisait froid, s’en sort avec de belles couleurs. Elle est en fin de floraison, mais c’est la seule note éclatante sur le balcon à l’heure où j’écris ces lignes:

À ma grande surprise, les euphorbes s’en sortent bien. Les grandes plantées au printemps dernier commencent à sortir du vert tendre et même la toute petite n’est pas morte finalement:

Les ancolies font leur sortie de printemps comme de rien n’était, à côté des pieds de gauras qui m’ont tout l’air d’avoir passé l’arme à gauche:

Les pieds de roses trémières y ont, eux aussi, à peine laissé quelques feuilles (dont celles des pauvres chenilles qui croyaient naïvement pouvoir s’y trouver à l’abri). Ensuite, il y a les plantes qui m’ont vaguement l’air de tenir encore à la vie malgré de gros dégâts. Comme le laurier rose, très amoché mais qui pourrait reprendre du poil de la bête après une bonne taille:

Les rosiers ont à peu près un aspect similaire, mais devraient ressortir la tête haute. le rosier jaune commence d’ailleurs à faire des pousses. Je vais devoir agir. J’hésite à faire un pronostic pour l’agapanthe, qui fait peine à voir. Je ne sais pas quoi faire non plus? couper à ras?

Après évidemment, on passe aux choses sérieuses… Aux décès constatés. C’est ainsi que, sauf repousse miraculeuse du pied (je n’y crois pas) le jasmin qui faisait 5cm quand je l’ai planté et qui était déjà couvert de boutons de fleur juste avant la vague de froid a trahi ma confiance en me lâchant bêtement:

Pareil pour les benoîtes, qui offrent un spectacle déprimant au possible:

Je verse également des larmes amères sur ma lavande papillon, qui s’était faite au balcon malgré tous les Cassandre qui m’avaient dit que jamais une lavande papillon ne résisterait au climat extrême du balcon…

Même constat désabusé pour les agathéas, qui formaient pourtant un magnifique coussin verte vif juste avant la catastrophe….

Publicités

Tagué :, , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement L’heure du bilan à balconparisien.

Méta

%d blogueurs aiment cette page :