L’automne II (le retour)

21 septembre 2011 § 2 Commentaires

Malgré tout, il reste encore pas mal de couleurs sur le balcon et quand le soleil se décide à faire une apparition on pourrait même encore se croire en plein été (enfin…. presque).

Regardez-moi ces gauras par exemple. Jamais je n’en ai eu d’aussi hauts dans une jardinière:

devant, on peut voir un des pots de tomates, il en reste quatre en tout qui ne demandent qu’à mûrir. Et à droite, l’abélia que je vais à nouveau devoir changer de pot tellement il s’épanoui. D’ailleurs, ses corolles blanches doivent avoir un parfum sacrément entêtant parce qu’elles attirent tout un tas de bestioles velues, comme cet énorme bourdon qui s’y enfonce avec ardeur:

Dans la série « on fait comme si c’était l’été », les fraises ont encore des réserves en fleurs et en fruits (et hier j’ai cueilli et avalé deux framboises). Elles sont plus petites et plus pâlottes, mais délicieuses et sucrées:

Mais la grande et vraie surprise de la fin de l’été, c’est le réveil tardif d’une clématite. Je l’avais achetée sur les quais il y a trois ans et plantée naïvement au pied du grand rosier en imaginant qu’elle allait s’y accrocher et que ce serait magnifique…. la seule fois où je l’ai vue en fleur, c’est le jour où je l’ai achetée. Après ça elle n’a jamais fait une fleur et pire encore elle s’est ingéniée à faire quelques feuilles pour ensuite dépérir systématiquement au milieu de l’été. L’hiver dernier, j’avais décidé de l’arracher mais les racines étaient trop profondes et j’avais juste coupé à ras ce qui dépassait. Au printemps, voilà que la clématite relance une tige et fait des feuilles pour disparaître encore au début du mois de juillet. De rage, je la recoupe à ras et il y a quelques jours, je vois ça (par hasard en cueillant des fraises dans la jardinière juste au-dessus):

Incroyable!!! j’avais entre-temps complètement oublié à quoi elle pouvait ressembler… eh bien dans un premier temps elle ressemblait à ça:

Et en ce moment, elle ressemble à ça:

Du coup, pas rancunière, je lui ai remis de l’engrais et cet hiver, promis, je lui balancerai mon fameux hachis d’épluchure, si prisé par la glycine.

Publicités

§ 2 réponses à L’automne II (le retour)

  • nathalie dit :

    Malheureuse, ne va pas gâcher ton bon hachis d’épluchure avec cette clématite… C’est une maso. Elle ne fleurira que dans le mépris et la rudesse. Des coups de sécateur et de la grêle, voilà ce qu’il lui faut. Bon et sinon, chez moi c’est juste la jungle.

  • syklela dit :

    Si… je sens qu’il faut l’amadouer. Elle a déjà plusieurs fois échappée à la mort, là elle me tend la main, tu vois… Déjà qu’il faut qu’elle faut qu’elle joue des coudes avec un rosier peu aimable. Naïvement je voulais qu’elle s’accroche au rosier et le couvre de fleur quand lui n’en avait plus (c’est à dire maintenant)… ça marche pour la floraison décalée, sauf que cette nouille s’est accrochée à la grille du balcon.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement L’automne II (le retour) à balconparisien.

Méta

%d blogueurs aiment cette page :