Quand les aigles attaquent

2 juillet 2011 § 1 commentaire

Il faut savoir une chose, c’est que l’ennemi ne renonce jamais. Je croyais avoir définitivement terrorisé les menaces volantes désireuses d’élire domicile sur le balcon parisien: j’étais naïve. Mon ennemi mortel, c’est lui, le pigeon ramier:

le ramier perché sur son poste de surveillance

Il ne faut pas se fier à son air bonasse. On dirait un oiseau un peu crétin à la Gary Larson, mais pas du tout. C’est un cauchemar ambulant qui a décidé de rejouer « Vient chez moi, j’habite chez une copine » dans les jardinières les plus confortables du balcon. Ils viennent par deux car, évidemment, ils ne sont pas là pour faire du tourisme mais pour transformer un parterre de benoîtes en véritable lupanard. Ils ont donc commencé par tester le confort et le moelleux de chaque plantation et comme ils sont gros et gras, ils massacrent tout si on ne monte pas la garde 24/7 pour les chasser.

Voilà ce qu’ils ont fait de mes petits géraniums à fleurs bleues en cinq minutes montre en main juste avant que je les entendent roucouler:

 

 
Une année, sur un autre balcon, un couple de terreurs s’était installé dans un romarin à la faveur d’un départ en week-end. À notre retour, ils avaient fait un nid et pondu deux ou trois œufs dont nous nous sommes débarrassés aussi sec. Oui, je sais, c’est mal. Mais en plus le ramier fait des fientes jaunes verdâtres et de la taille d’un blinis. C’était un acte de salubrité publique.

 

 

 

Publicités

§ Une réponse à Quand les aigles attaquent

  • nathalie dit :

    Et bien écoute, en plus des offrandes de gourmands, tu n’as qu’à me faire brûler quelques pigeons et ramiers. Si ça se trouve, bien accomodé, ça se mange.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement Quand les aigles attaquent à balconparisien.

Méta

%d blogueurs aiment cette page :