L’ennemi est dans nos murs

15 juin 2011 § 2 Commentaires

Sur le front des pucerons, je suis bien forcée de reconnaître que Nathalie, qui fréquente beaucoup les coccinelles de tous horizons, avait raison… mes noiraudes anorexiques cachaient bien leur jeux, en moins d’une semaine elles ont nettoyé mes euphorbes.

Je suis en revanche catastrophée par un buis qui me donnait jusqu’à cette année entière satisfaction et qui se retrouve couvert d’une cochenille à frange dont je n’arrive pas à le débarrasser. Le truc est un monstre, une sorte d’alien à cape blanche:

Non seulement elle suce la sève de mon buis mais en plus elle le couvre de fumagine. J’ai beau vaporiser dessus des quantités industrielles de produit chimique, rien n’y fait, au point que je crois bien que je vais jeter le buis pour éviter que ce truc immonde n’aille coloniser d’autres plantes.

 

 

 

 

Publicités

§ 2 réponses à L’ennemi est dans nos murs

  • nathalie dit :

    Zut… Moi j’ai de l’oïdium sur mes fusains et mon cognassier, à cause de l’arrosage au jet pendant la sécheresse, je crois, car c’est un truc que je ne fais jamais normalement. Ça les rend un peu moches mais ils s’en remettront. Par contre, ton truc, ça a l’air plus embêtant. Ça crève ton buis ou ça l’amoche, seulement ? Si ça ne le tue pas, ce n’est peut-être pas très grave. Il me semble que c’est surtout chiant pour les fruitiers la cochenille, non ? Tant qu’il n’y a rien d’autre à coloniser dans le genre sur ton balcon, tu peux peut-être laisser courir. À toute personne qui oserais faire des réflexions désobligeante sur l’aspect esthétique de ton buis, tu répondras avec mépris qu’il s’agit de cette variété très rare de buis, le black sabbath, qui comme chacun sait, prend d’étranges teintes l’été avant de retrouver toute sa flamboyance à l’automne.

    • syklela dit :

      Je n’arrive pas à savoir si ça se contente de l’amocher. Je pense malheureusement que ces p**** à franges se nourrissent de la sève des plantes et outre la fumagine je remarque un jaunissement inquiétant des feuilles situées au-dessus des amas de bestioles. Pour l’instant, elles se contentent de leur proie, mais je tremble pour la lavande et l’hydrangea…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement L’ennemi est dans nos murs à balconparisien.

Méta

%d blogueurs aiment cette page :